En réaction à l’économie qui s’enraye, des entreprises redoublent d’efforts pour venir en aide à leur clientèle d’affaires inquiète.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Pour une désinfection efficace

« Nos clients se tournent vers nous en ce moment et nous demandent d’ajouter la désinfection à notre prestation de services », dit Véronique Allard, vice-présidente du marketing et des communications chez Services Roy. Pour ce faire, le spécialiste de l’entretien ménager a fait le plein de désinfectant Polyquat, de lingettes, de Purell, de masques et de gants, entre autres.

Fondée il y a 65 ans, Services Roy déploie 2500 personnes dans le domaine de l’entretien ménager. Sa clientèle se concentre dans les tours de bureaux, les établissements de santé, les universités et les écoles. Ces dernières viennent de mandater Services Roy pour venir faire le grand ménage et la désinfection complète des lieux pendant la fermeture forcée des établissements au cours des deux prochaines semaines.

« Habituellement, le métier de préposé en entretien ménager est rarement valorisé, fait remarquer Mme Allard. Le vent tourne, et le monde a besoin de nos gens. C’est l’occasion pour eux de briller et de démontrer leur savoir-faire. »

Services Roy a décrété le télétravail obligatoire depuis jeudi pour les 75 personnes des services administratifs.

Les fournisseurs de télétravail sont populaires

La popularité soudaine du télétravail tient Charles Lalumière occupé. Son entreprise, Studios Edge Futur, de Montréal, conseille les entreprises pour qu’elles puissent continuer leur exploitation de façon virtuelle. « J’aide les entreprises à augmenter leur collaboration. Dans certains cas, on implante des technologies adaptées au télétravail, explique le chef de l’exploitation. Pendant que je vous parle, je reçois un courriel d’un distributeur alimentaire qui vient de mettre ses employés en quarantaine, mentionne-t-il. Depuis un mois, j’en reçois deux à trois demandes comme celle-là par semaine. »

Chez Facilis Global, l’entreprise québécoise derrière la suite de collaboration à distance Mybys, on a observé une hausse du temps d’utilisation de son application de 50 % dans le dernier mois, indique Anaïs Néron, vice-présidente du développement chez Facilis Global. « En temps de crise, le télétravail est le moyen vers lequel les organisations se tournent pour continuer à travailler. Oui, on a beaucoup d’entreprises qui appellent », convient-elle.

Un médecin au bout de la souris

Une entreprise technologique du domaine de la santé a développé en un temps record un assistant médical automatisé, Chloé, pour transmettre aux Canadiens des renseignements à jour sur la COVID-19 (covid19.dialogue.co). Fondée en 2014 par Cherif Habib, Dialogue Technologies fournit des services de santé virtuels aux employés bénéficiant d’un programme collectif d’assurance maladie de leur employeur.

La jeune pousse montréalaise de plus de 300 employés vient de signer une entente avec l’assureur Canada-Vie qui permettra bientôt à 1,3 million de personnes d’avoir accès à un médecin au bout du doigt sans frais additionnels. « Ça permet aux employés et aux membres de leur famille quand ils ont un souci médical de consulter sur Dialogue et de recevoir la prescription qui répond à leur besoin », explique Jean-Christophe de Le Rue, directeur des relations publiques et gouvernementales de Dialogue Technologies.