L’ancienne entreprise Les Jardins de la montagne, une ferme certifiée biologique, réclame la somme de 198 388,82 $ à Courchesne Larose, qui œuvre dans la distribution de fruits et de légumes. Elle accuse le grossiste d’avoir mis la main sur les actifs de son entreprise de distribution de paniers bios pour une bouchée de pain et de ne pas avoir respecté son engagement d’acheter ses récoltes de produits biologiques pour toute la saison 2018.

Nathaëlle Morissette
Nathaëlle Morissette La Presse

Dans la poursuite déposée le 15 janvier, Sylvain Brunet et Jocelyne Charbonneau, propriétaires de la ferme maraîchère de Rougemont qui a complètement cessé ses activités en avril 2019, accusent JB Laverdure — maintenant fusionnée avec Courchesne Larose — d’avoir « refusé d’acheter les produits et les quantités pour lesquelles elle s’était engagée, sans motif valable ».

L’histoire remonte à novembre 2017. JB Laverdure, propriété de Jean-François Laverdure, achète alors les actifs de l’Entreprise de paniers, un système de distribution de livraison à domicile hebdomadaire de fruits et de légumes biologiques, appartenant aux Jardins de la montagne. En échange, les propriétaires de la ferme obtiennent « l’engagement de JB d’acquérir la récolte de Les Jardins durant l’année 2018 ».

Or, les choses ne se seraient pas passées comme prévu. « En fait, M. Branco [Miguel Branco, acheteur principal, secteur biologique, de JB] prétextait curieusement qu’il avait déjà des fournisseurs avec lesquels il faisait affaire et qu’il ne voulait pas que la relation de JB avec ces derniers en soit affectée », peut-on lire dans la poursuite.

Démarches pour trouver d’autres acheteurs

Pour éviter de perdre le fruit de ses récoltes, la ferme maraîchère a dû entreprendre des démarches pour trouver d’autres acheteurs. Selon Les Jardins, le grossiste a acheté l’équivalent de 13 592 $ en fruits et légumes sur une valeur totale de production que la ferme estime à plus de 250 000 $. « Dans ces circonstances, il semble que l’objectif réel de JB était uniquement d’acquérir au rabais l’Entreprise de paniers, n’ayant jamais eu l’intention de se conformer à ses obligations », indique le document de cour. Jointe par La Presse, l’ancienne propriétaire des Jardins de la montagne, Jocelyne Charbonneau, a refusé de commenter l’affaire. Bien que le site internet de la ferme ait toujours l’air actif, l’entreprise a cessé ses activités, a-t-elle simplement répondu.

Chez Courchesne Larose, qui a fusionné avec JB Laverdure en juillet 2018, on affirme ne pas avoir été mis au courant de l’affaire avant de recevoir une mise en demeure en décembre dernier. « Cette entente-là, elle n’a pas été négociée par moi, mais par l’ancien propriétaire, a tenu à rappeler Michel Routhier, administrateur et propriétaire de Courchesne Larose avec son frère Alain Routhier. Je ne suis pas vraiment au courant du dossier. On est en train de regarder ça. On prépare le dossier. »