(Québec) Le gouvernement Trudeau a annoncé jeudi que le chantier maritime Davie, à Lévis, «s’est préqualifié en vue de devenir le troisième partenaire stratégique dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN)».  

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

«Enfin! On demandait depuis 2011 que cette injustice soit corrigée», a affirmé avec enthousiasme Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches, le syndicat qui représente les travailleurs du chantier.

Le SNCN est un important programme fédéral de plusieurs milliards, mis en place sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper, «qui vise à renouveler les flottes de la Garde côtière canadienne et de la Marine royale canadienne». En 2011, la Davie n’avait pas été sélectionnée pour en faire partie parce qu’elle était au bord de la faillite. Le chantier, qui dénonçait cette disqualification, a depuis remonté la pente.  

«Le troisième chantier partenaire au titre de la SNCN construira six brise-glaces de programme pour la Garde côtière canadienne. [La Davie] a démontré qu’il répondait aux exigences initiales concernant l’expérience, la capabilité et la capacité», a indiqué le gouvernement fédéral, jeudi.

«Chantier Davie passera à la prochaine étape du processus de sélection, c’est-à-dire la demande de propositions et l’évaluation.  L’étape comprendra une évaluation par un tiers des infrastructures du chantier naval, la présentation d’une proposition officielle, ainsi qu’un processus de diligence raisonnable visant à confirmer que le chantier naval a la capacité financière de s’acquitter du travail et d’apporter les améliorations nécessaires à ses infrastructures», a-t-on ajouté.

Des travailleurs en attente 

L’annonce de jeudi crée beaucoup d’espoir auprès des travailleurs et des anciens travailleurs du Chantier Davie.  

«À terme, nous pensons être capables d’avoir 1000 personnes au minimum qui travailleront sur le chantier», a indiqué la syndicaliste Ann Gingras.

«Aujourd’hui, les travailleurs de la Davie et le Chantier Davie franchissent un point tournant de leur histoire. À travers un processus rigoureux, transparent et compétitif, la Davie a su démontrer sa valeur. Il reste certes quelques étapes à franchir, mais nous pouvons affirmer avec confiance que le meilleur est à venir», a pour sa part déclaré le député libéral de Québec, Jean-Yves Duclos, président du Conseil du trésor.  

PC

Steven Blaney

Mais pour le député conservateur de la circonscription de Bellechasse–Les Etchemins–Lévis, Steven Blaney, l’annonce du gouvernement libéral est «une vague promesse» faite dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale «qu’il ne respecte pas».  

«Pour [tous les] travailleurs qui ont été mis à pied, il n’y a rien là-dedans. Aucun rappel de travailleurs», a-t-il dénoncé.  

En juillet dernier, Ottawa a également confirmé l’attribution de deux contrats d’un demi-milliard de dollars chacun pour les chantiers navals Davie, au Québec, et Seaspan, en Colombie-Britannique. Les travaux devraient commencer en 2020  pour une durée de cinq ans et devraient permettre de créer ou de préserver quelque 400 emplois par chantier naval.

- Avec La Presse canadienne