Le conseil d’administration de Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD) est aux prises avec une deuxième annonce de démission en moins de 24 heures parmi ses 13 membres. 

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Cette fois-ci, il s’agit de Chantal Bélanger, qui occupait la vice-présidence du conseil chez CRCD, qui est la principale filiale d’investissement en PME du Mouvement Desjardins, avec un actif de 2,2 milliards basé sur un capital d’épargne fiscalisée. Madame Bélanger est aussi membre du conseil d'administration de Québecor.

La veille, mercredi, le CRCD avait annoncé la démission de la présidente de son conseil d’administration, Sylvie Lalande, qui est aussi présidente du conseil d’administration de l’entreprise médiatique Groupe TVA, une filiale de Québecor.

Cette démission de Mme Lalande survenait au terme d’une semaine d’échanges tumultueux au sujet de l’hésitation de Desjardins à investir dans le sauvetage du groupe de journaux Capitales Médias.

Ces échanges ont impliqué notamment Mme Lalande,   le gouvernement Legault et son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, ainsi que Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor, qui  promeut  son intérêt à faire main basse sur Capitale Médias.

Dans un bref communiqué d’usage émis jeudi matin, le CRCD indique que « les membres du conseil reconnaissent que le geste posé (NDLR : démission) témoigne du profond respect de ces administratrices (Mmes Lalande et Bélanger) envers la mission de CRCD et ses règles de gouvernance. »

Par conséquent, affirme le CRCD, « aucun autre commentaire ne sera formulé par les membres du conseil de CRCD ou par la direction de Desjardins Capital relativement à la décision personnelle de Mmes Lalande et Bélanger de démissionner comme administratrices. »