Statistique Canada nous avise d’une erreur dans son estimation des revenus médians après impôts des ménages québécois en 2017 calculés avec son fichier FFT1. Cette erreur a pour effet de changer substantiellement les conclusions de cette chronique.

Publié le 16 sept. 2019
Francis Vailles
Francis Vailles La Presse

Ainsi, entre 2014 et 2017, le Québec est passé du sixième au cinquième rang des provinces qui comptent le moins de pauvres, et non pas du sixième au deuxième rang. La « pauvreté » est définie dans la chronique comme ceux qui gagnent moins de 75 % du revenu médian canadien après impôts.

L’erreur touche aussi la proportion de « riches » (ceux gagnant plus de 150 % du revenu médian après impôts). Entre 2014 et 2017, le Québec est ainsi passé du neuvième au septième rang pour la proportion du nombre de riches (plutôt que du neuvième au sixième rang dans la chronique).

Statistique Canada se dit désolé de cette erreur — qui a été corrigée dans ses récentes données — et La Presse juge important de vous informer de ses répercussions. Par conséquent, la version originale de cette chronique a été retirée de lapresse.ca et de notre application mobile.