Nouvelle embûche pour Produits Forestiers Résolu (T.RFP): le Grand Conseil des Cris a lancé hier une poursuite de 13 millions contre le gouvernement du Québec pour les coupes forestières effectuées entre autres par le géant de la foresterie.

Publié le 19 déc. 2013
Charles Côté
Charles Côté LA PRESSE

Selon Bill Namagoose, directeur exécutif du Grand Conseil des Cris: « de vastes parties de territoires de trappe Cris sont coupées à blanc, ce qui rappelle la destruction de nos terres dans les années 1990 ». 

La nation crie réclame le respect d'une entente signée en 2002 au sujet de territoires de chasse et de pêche rattachés aux communautés de Mistissini et Oujé-Bougoumou. 

Selon les Cris, « depuis 2010, les plans forestiers ont permis des opérations d'exploitation forestière en violation de l'entente Baril-Moses ».

Même si la poursuite vise le gouvernement, l'entreprise forestière est en cause, selon un autre communiqué du Grand Conseil des Cris, publié la semaine dernière. En 2010, affirme-t-on « le gouvernement du Québec et Produits forestiers Resolu ont intentionnellement et unilatéralement mis en oeuvre des plans d'aménagement forestier contraires à l'entente Baril-Moses ».

« En contrevenant aux dispositions de cette entente, Produits forestiers Resolu a essentiellement annulé les conditions en vertu desquelles les Cris avaient donné leur consentement libre et éclairé aux activités forestières sur leurs lignes de trappage. »

Le Grand Chef des Cris, Matthew Coon-Come, affirme dans un communiqué que les Cris sont « conscients de nos relations productives avec le Québec ». Mais, ajoute-t-il , « les Cris doivent prendre des mesures pour appuyer toutes les ententes conclues avec les gouvernements car, autrement, nous risquons de mettre en péril l'intégrité de cette relation de nation à nation». 

C'est un nouveau coup dur pour Resolu, qui la semaine dernière s'est vue suspendre trois certificats de foresterie durable, ce qui complique la mise en marché de ses produits.