Au cours des quatre dernières décennies, les circonstances financières dans lesquelles les enfants sont nés ont de plus en plus déterminé leur situation à l’âge adulte. Mais une nouvelle étude de grande envergure, fondée sur des milliards de connexions aux médias sociaux, a mis en évidence une exception de taille à ce schéma, qui contribue à expliquer pourquoi certains lieux offrent un moyen de sortir de la pauvreté.

Publié le 7 août
Claire Cain Miller, Josh Katz, Francesca Paris et Aatish Bhatia The New York Times

Selon cette nouvelle étude, les enfants pauvres qui vivent dans une région où les gens ont plus d’amitiés qui transcendent les classes sociales gagnent beaucoup plus à l’âge adulte.

L’étude, publiée lundi dans Nature, a analysé les amitiés Facebook de 72 millions de personnes, soit 84 % des adultes américains âgés de 25 à 44 ans.

Auparavant, il était clair que certains quartiers étaient bien meilleurs que d’autres pour éliminer les obstacles à l’ascension sociale, mais on ne savait pas pourquoi. La nouvelle analyse — la plus importante de ce type — a révélé que l’ampleur des liens entre les riches et les pauvres expliquait pourquoi les enfants d’un quartier s’en sortaient mieux plus tard dans la vie, plus que tout autre facteur.

Les répercussions sont profondes. L’étude a révélé que si les enfants pauvres grandissaient dans des quartiers où 70 % de leurs amis étaient riches — le taux typique pour les enfants aux revenus plus élevés —, cela augmenterait leurs revenus futurs de 20 %, en moyenne.

Ces amitiés entre classes sociales — ce que les chercheurs ont appelé l’interrelation économique (economic connectedness) — ont eu un impact plus fort que la qualité de l’école, la structure familiale, la disponibilité des emplois ou la composition ethnique d’une communauté. L’étude suggère que les personnes que vous connaissez vous ouvrent des possibilités, alors que le fossé croissant entre les classes sociales aux États-Unis vous en prive.

INFOGRAPHIE LA PRESSE, SOURCES NATURE, THE NEW YORK TIMES

Répartition des revenus des amis d’une personne en fonction de son revenu

« Le fait de grandir au sein d’une communauté où les liens vont au-delà des clivages de classes améliore les résultats des enfants et leur donne de meilleures chances de sortir de la pauvreté », a déclaré Raj Chetty, économiste de l’Université Harvard et directeur d’Opportunity Insights, qui étudie les racines de l’inégalité et les facteurs contribuant à la mobilité économique. Il est l’un des quatre principaux auteurs de l’étude, avec Johannes Stroebel et Theresa Kuchler, de l’Université de New York, et Matthew O. Jackson, de l’Université de Stanford et du Santa Fe Institute.

Les résultats montrent les limites de nombreuses tentatives visant à accroître la diversité, telles que le transport scolaire, le zonage multifamilial et la discrimination positive. Selon l’étude, il ne suffit pas de rassembler les gens pour accroître les possibilités. Le fait qu’ils établissent des relations importe tout autant.

« Les gens qui s’intéressent à la création de liens économiques devraient également s’efforcer de faire interagir des personnes ayant des revenus différents », a déclaré M. Stroebel.

« Capital social de liaison »

Jimarielle Bowie a grandi dans une famille de la classe moyenne inférieure. Ses parents ont divorcé, perdu leur emploi et leur maison. Aussi, lorsqu’elle s’est liée d’amitié au secondaire avec des filles qui vivaient dans les quartiers riches de la ville, leur mode de vie l’a intriguée. Leurs maisons étaient plus grandes, elles mangeaient des aliments différents et leurs parents — médecins, avocats et pasteurs — avaient des objectifs et des projets différents pour leurs enfants, notamment en ce qui concerne les inscriptions à l’université.

« Ma mère nous a vraiment incités à travailler dur, à connaître l’histoire de notre famille, à être meilleurs, à faire mieux », a déclaré Jimarielle Bowie, 24 ans, qui se fait appeler Mari. « Mais je ne savais rien du test SAT, et les parents de mes amis les ont inscrits à ce cours, alors je me suis dit que je devais le faire. J’ai demandé aux parents de mes amis de regarder mes documents personnels. »

Jimarielle Bowie est devenue la première personne de sa famille à obtenir un diplôme postsecondaire. Elle est maintenant avocate spécialisée en droit criminel, un emploi qu’elle a trouvé grâce à un ami d’un de ses amis du secondaire.

PHOTO MARISSA LESHNOV, THE NEW YORK TIMES

Jimarielle Bowie, avocate, à son alma mater, l’école secondaire Angelo Rodriguez, à Fairfield, en Californie

Mon expérience de la rencontre avec des personnes plus aisées : j’ai pu entrer dans ces cercles, comprendre comment ces personnes pensent. Je pense absolument que cela a fait une différence appréciable.

Jimarielle Bowie

Le capital social, c’est-à-dire le réseau de relations des gens et la façon dont ils sont influencés par ces relations, intrigue depuis longtemps les spécialistes des sciences sociales. La première utilisation connue de cette expression remonte à 1916, par L. J. Hanifan, administrateur scolaire de Virginie-Occidentale. Depuis lors, les chercheurs ont constaté que les liens avec des personnes plus instruites ou plus aisées, dès l’enfance, peuvent influencer les aspirations, les études supérieures et les carrières.

Mais la nouvelle étude, qui utilise un ensemble de données beaucoup plus important que les autres études, couvrant 21 milliards d’amitiés Facebook, est la première à montrer que le fait de vivre dans un endroit qui favorise ces liens entraîne de meilleures situations financières.

Les chercheurs ont constaté que plus les liens entre les riches et les pauvres étaient nombreux, plus le quartier était en mesure de sortir les enfants de la pauvreté. Après avoir pris en compte ces liens, d’autres caractéristiques analysées par les chercheurs — notamment la composition ethnique du quartier, le niveau de pauvreté et la qualité de l’école — se révélaient avoir moins d’importance, voire aucune, pour la mobilité ascendante.

« C’est important parce que je pense que ce qui nous manque aujourd’hui en Amérique, et ce qui a diminué de façon catastrophique au cours des 50 dernières années, c’est ce que j’appelle le “capital social de liaison” — les liens informels qui nous amènent à des personnes qui ne nous ressemblent pas », a déclaré Robert Putnam, politologue de Harvard qui a écrit Bowling Alone et Our Kids, sur le déclin du capital social aux États-Unis.

Et c’est très important parce que cela fournit un certain nombre de pistes ou d’indices grâce auxquels nous pourrions commencer à faire évoluer ce pays dans une meilleure direction.

Robert Putnam, politologue

D’autres types de capital social ont également leur importance, comme les taux de bénévolat dans une communauté et les amitiés avec des personnes de même origine. Pourtant, la nouvelle étude montre que même dans les endroits où il n’y a pas d’autres types de capital social, une augmentation des relations entre les classes sociales est suffisante pour améliorer les perspectives économiques des enfants. C’est ce type de capital social qui a diminué à mesure que la ségrégation sociale s’est accentuée dans le pays. Au cours des dernières décennies, les gens sont devenus plus susceptibles de vivre dans des quartiers et de fréquenter des écoles avec des personnes de statut économique similaire – un comportement qui, selon les chercheurs en sciences sociales, est motivé par la crainte de tomber en bas de l’échelle des revenus à une époque d’inégalité croissante.

L’analyse n’a pas mesuré directement le rôle de la race, qui ne figurait pas dans les données de Facebook. (Bien qu’il existe des techniques utilisées par les chercheurs pour deviner la race, les auteurs de la nouvelle étude ne les ont pas utilisées.) Mais dans les endroits plus diversifiés sur le plan ethnique, l’étude a trouvé moins de relations interclasses.

Une « culture de la réussite »

Les chercheurs se sont concentrés sur les écoles secondaires, l’un des rares environnements où les gens de toutes les classes se font des amis à des taux similaires, et un endroit où les gens forment des amitiés à vie avant de commencer à prendre des décisions qui peuvent déterminer leurs trajectoires financières.

Le collège Angelo Rodriguez de Fairfield, en Californie, que Jimarielle Bowie a fréquenté, avait plus d’amitiés interclasses que la moyenne des grands établissements publics.

Fairfield, à mi-chemin entre Sacramento et San Francisco, est une région exceptionnellement diversifiée sur le plan ethnique et économique, et les trois quarts des quelque 2000 élèves de Rodriguez High sont des élèves de couleur. L’école, qui a ouvert en 2001, desservait une zone en forme de C inversé, comprenant des quartiers situés aux extrémités de la ville — c’est ainsi que Jimarielle Bowie a fini par faire la navette vers une zone plus riche pour aller à l’école. Cela permet également à certains élèves vivant en dehors du périmètre de fréquenter l’école.

En général, les écoles plus grandes et plus diversifiées, tant sur le plan économique qu'ethnique, ont une part plus faible de relations interclasses. Il peut être plus difficile de se faire des amis dans de grands groupes, et il y a plus de chances de former des cliques avec des personnes de milieux similaires. Mais Rodriguez High a nourri les amitiés interclasses de manière à la fois planifiée et non intentionnelle.

« En étant à Rod, vous devenez amis avec tout le monde, dit Bowie. C’est littéralement ce que fait cette école. »

L’agencement du campus de l’école, avec une promenade autour d’une bibliothèque centrale, une scène en plein air et un terrain de jeu, a peut-être aidé. C’était délibéré, a déclaré John Diffenderfer, président d’Aedis Architects, qui a conçu le campus : « Les interactions accidentelles non structurées entre les élèves étaient une priorité très élevée. »

Rodriguez High a un horaire dans lequel les classes se réunissent pendant deux heures chacune, un jour sur deux. Cela crée de petits groupes diversifiés qui passent beaucoup de temps ensemble. Lorsque les grands établissements procèdent ainsi, cela permet de favoriser les amitiés entre les classes, selon l’étude. Séparer les élèves en fonction de leurs résultats scolaires, par l’entremise de programmes pour surdoués ou de baccalauréats internationaux, a l’effet inverse.

Les activités parascolaires et les clubs d’intérêt jouent également un rôle important dans le rapprochement d’élèves d’origines différentes, a déclaré Catie Coniconde, conseillère scolaire à Rodriguez, qui a également obtenu son diplôme dans cette école en 2006. La moitié de l’effectif scolaire est inscrite dans ces clubs.

Les enfants sont identifiés par leurs activités parascolaires, plus que par leur race ou leur statut socioéconomique. Il y a les athlètes, les jeunes de la fanfare, les jeunes qui s’intéressent aux anime.

Catie Coniconde, conseillère scolaire au collège Angelo Rodriguez

Tout en partageant des intérêts parascolaires, les élèves commencent à partager des aspirations communes, a expliqué Mme Coniconde. Obtenir de bons résultats à l’examen SAT et entrer dans une université pour une durée de quatre ans sont des objectifs communs à Rodriguez, dit-elle.

Les élèves des quartiers les plus riches de la ville arrivent généralement avec ces objectifs, tandis que de nombreux élèves issus de familles à faibles revenus n’y avaient pas pensé auparavant.

« Cela ressemble à une culture de la réussite, dit-elle. La promotion des quatre années d’études était énorme à Rod, et elle l’est encore aujourd’hui. »

Cet article a d’abord été publié dans le New York Times.

Lisez l’article original (en anglais)