(Moscou) Un milliardaire japonais, son assistant et un cosmonaute ont atterri lundi sur Terre après avoir passé 12 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS), où ils ont filmé des vidéos sur leur vie quotidienne dans l’espace.

Publié le 19 déc. 2021
Agence France-Presse

Le fantasque milliardaire japonais Yusaku Maezawa, 46 ans, poids lourd de la mode en ligne, et son assistant Yozo Hirano étaient accompagnés au retour comme à l’aller par le Russe Alexandre Missourkine.

« Le vol du vaisseau spatial “touristique” Soyouz MS-20 est terminé », a déclaré l’agence spatiale russe Roscosmos dans un communiqué. L’atterrissage s’est fait vers 3 h 13 GMT lundi, dans la steppe du Kazakhstan.

Des images tournées à environ 150 kilomètres au sud-est de la ville de Zhezkazgan, dans le centre du Kazakhstan, ont montré le trio souriant alors qu’on l’aidait à sortir du module de descente Soyouz. Il a ensuite été évacué dans des véhicules, dans le froid et la brume.

« L’équipage se sent bien », a déclaré Roscosmos.

Sur son compte Twitter, Yusaku Maezawa a publié une photo où on le voit manger des nouilles instantanées. « La Terre maintenant », a-t-il écrit.

Ce voyage marque le retour de la Russie dans le tourisme spatial après un hiatus d’une décennie. Ce secteur, dans lequel la Russie a perdu du terrain face aux sociétés privées américaines, notamment SpaceX d’Elon Musk, connaît un regain d’intérêt et constitue une potentielle manne financière.

Les trois hommes ont passé 12 jours à bord de l’ISS, où le milliardaire japonais s’était fixé une liste de cent tâches à accomplir dans l’espace.

L’assistant de M. Maezawa a réalisé des vidéos sur la vie quotidienne en orbite à destination du compte YouTube du milliardaire.

On peut y voir l’homme expliquer en détail à son million d’abonnés comment se brosser les dents, dormir en apesanteur ou encore aller aux toilettes.

« Faire pipi est très facile », dit-il dans une des vidéos, montrant l’outil utilisé par les astronautes pour aspirer l’urine. Dans une autre, il se prépare un thé sans sucre et vante les savoureux biscuits de l’ISS.

M. Maezawa et son assistant sont les premiers touristes japonais dans l’espace depuis 1990, quand un journaliste avait séjourné à bord de la station soviétique Mir.

Grand retour de Roscosmos

Le secteur des vols privés spatiaux, très lucratif, est actuellement dynamisé par la récente entrée dans la course des sociétés des milliardaires américains Elon Musk (SpaceX) et Jeff Bezos (Blue Origin), ainsi que de celle du Britannique Richard Branson (Virgin Galactic).

En septembre, SpaceX a organisé un vol de trois jours en orbite avec un équipage intégralement constitué d’amateurs. Elle prévoit aussi d’emmener plusieurs touristes faire le tour de la Lune en 2023, dont M. Maezawa, qui finance cette opération.

Le voyage qui s’achève lundi marque le retour dans l’arène de Roscosmos, après plus de dix ans, alors que l’industrie aérospatiale en Russie est minée par des scandales de corruption et des difficultés techniques et financières.

En 2020, avec la mise en service des fusées et des capsules de SpaceX, Moscou a perdu son monopole des vols habités vers l’ISS et les dizaines de millions d’euros que la NASA et d’autres agences spatiales payaient pour chaque place à bord des Soyouz.

La mission des deux touristes japonais est organisée par Roscosmos et son partenaire américain Space Adventures. Entre 2001 et 2009, ces deux groupes avaient déjà envoyé ensemble de richissimes entrepreneurs dans l’espace, à huit reprises.

Le dernier était, en 2009, le Canadien Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil.  

Selon Space Adventures, le coût d’un siège sur une fusée Soyouz est actuellement compris entre 50 et 60 millions de dollars.

Signe des ambitions retrouvées du secteur spatial russe, Roscosmos a également dépêché en octobre un réalisateur et une actrice à bord de l’ISS pour y tourner le premier long métrage de l’histoire en orbite, avant un projet concurrent de la star hollywoodienne Tom Cruise.