(Washington) Le rover Perseverance sur Mars a collecté deux échantillons d’une roche qui se révèle être probablement volcanique, a annoncé la NASA vendredi, soulignant que la présence de sels dans ces prélèvements était l’indicateur de conditions favorables pour éventuellement y déceler des traces de vie ancienne.

Agence France-Presse

« On dirait que nos premières roches révèlent un environnement potentiellement habitable », a déclaré Ken Farley, responsable scientifique de Perseverance, cité dans un communiqué.  

Début août, le rover avait échoué dans sa première tentative de prélever un échantillon, la pierre alors sélectionnée (baptisée Roubion) étant trop friable.  

Le rover a donc poursuivi sa route, et finalement sélectionné une autre pierre plus dure, baptisée Rochette. Perseverance a effectué un premier prélèvement la semaine dernière, et deux jours plus tard un second, dans la même pierre, jugée particulièrement intéressante par la NASA.

Les deux carottes collectées sont désormais dans des tubes scellés et conservés à l’intérieur du rover. Elles font environ 6 cm de long chacune.

Le rover évolue dans une zone appelée le cratère de Jezero, dont les scientifiques pensent qu’il abritait un profond lac il y a 3,5 milliards d’années. Ils n’étaient toutefois pas certains si les roches qui s’y trouvent étaient de nature volcanique ou sédimentaire.  

« D’après les observations faites jusqu’ici, nous interprétons que Roubion et Rochette sont d’anciennes coulées de lave volcanique », a déclaré lors d’une conférence de presse Katie Stack Morgan, membre de l’équipe scientifique du rover.  

Les roches volcaniques sont particulièrement utiles, car elles peuvent être datées avec précision.  

De plus, ces roches « montrent des signes d’interactions substantielles » avec de l’eau, a-t-elle poursuivi.  

Elles contiennent en effet des sels minéraux, qui ont probablement été déposés lorsque l’eau s’est évaporée. Cela confirme que de l’eau a été présente dans le cratère durant une longue période, souligne la NASA.

Surtout, « les sels minéraux dans ces deux premières carottes pourraient avoir emprisonné des minuscules bulles d’eau martienne », explique l’agence spatiale.

« Les sels sont de très bons minéraux pour préserver des signes de vie sur Terre, et nous nous attendons que cela soit aussi le cas pour les roches sur Mars », a souligné Katie Stack Morgan.  

L’objectif de la mission est de chercher des signes de vie ancienne sur Mars, comme des traces de vie microbienne fossilisées dans les roches.  Les prélèvements vont se poursuivre, Perseverance transportant plus d’une trentaine de tubes supplémentaires pour d’autres échantillons.

La NASA prévoit ensuite une mission chargée de ramener les échantillons sur Terre, dans les années 2030, afin qu’ils soient analysés par des instruments bien plus sophistiqués que ceux pouvant être apportés sur Mars.