Des archéologues viennent de découvrir que les femmes chassaient le grand gibier avec les hommes dans les Andes, il y a 9000 ans. Ce faisant, les premières civilisations de la région auraient été plus égalitaires qu’on ne le pensait. Un clin d’œil aux Mystérieuses cités d’or et à la jeune héroïne Zia ?

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Cinq tombeaux

« Je crois que ton “il” est une “elle”. » C’est ainsi que Randy Haas, un archéologue de l’Université de Californie à Davis, a réalisé que la découverte qu’il avait faite dans le sud du Pérou était d’une importance capitale. « Nous avions découvert cinq sépultures vieilles de 7000 à 11 000 ans, dont la plus intéressante était celle d’un individu de 17 à 19 ans qui avait été enterré avec des pointes de lance, des couteaux et des outils de tannage. Je le dis aujourd’hui avec honte, nous avons présumé qu’il s’agissait d’un homme. Mon bioarchéologue m’a dit que les os étaient trop menus, qu’il devait s’agir d’une femme. Nous avons trouvé un nouveau procédé d’analyse de l’émail dentaire qui a confirmé qu’il s’agissait d’une chasseuse. C’est la première chasseuse préhistorique jamais découverte. » La découverte a été décrite en novembre dernier dans la revue Science Advances.

  • Le site de Vilamaya Patjxa, dans le sud du Pérou, où ont été retrouvées les cinq sépultures.

    PHOTO FOURNIE PAR RANDY HAAS

    Le site de Vilamaya Patjxa, dans le sud du Pérou, où ont été retrouvées les cinq sépultures.

  • Analyse de l’émail dentaire de la chasseuse préhistorique du site de Vilamaja Patjxa.

    PHOTO FOURNIE PAR RANDY HAAS

    Analyse de l’émail dentaire de la chasseuse préhistorique du site de Vilamaja Patjxa.

  • Randy Haas tient une pointe de lance.

    PHOTO FOURNIE PAR RANDY HAAS

    Randy Haas tient une pointe de lance.

1/3
  •  
  •  
  •  

La ruse plutôt que la force

Les femmes n’étaient-elles pas désavantagées pour la chasse, à cause de la force physique des hommes ? « À l’époque, à 4000 mètres d’altitude sur le plateau andin, il y avait beaucoup de gibier et peu d’humains, dit M. Haas. La chasse dépendait plus de la technique que de la force physique ou de l’endurance pour la traque. D’ailleurs, nous sommes en train de réévaluer une autre des cinq sépultures, qui semble aussi être celle d’une chasseuse accompagnée de ses outils de travail. Dans ce cas, en plus, elle aurait été tuée, ce qui laisse penser que les femmes prenaient part aux rivalités. »

Legs égalitaire

PHOTO FOURNIE PAR RANDY HAAS

Le site de Vilamaya Patjxa où ont été retrouvées les cinq sépultures.

L’une des implications les plus intrigantes de la découverte de la chasseuse préhistorique andine est que les premières civilisations de la région aient pu être plus égalitaires que celles qui existaient au moment de l’arrivée des Européens en Amérique. « Ça nous permet de repenser la division du travail dans la préhistoire andine, explique M. Haas. J’y ai réfléchi un peu. Dans un site voisin, Jiskairumoko, on a trouvé une sépulture avec un collier en or, l’un des plus anciens bijoux en or du Nouveau Monde. Ils datent d’il y a 4000 ans. Et on pense qu’il s’agit d’une femme. Dans un autre site péruvien, Soro Mik’aya Patjxa, on a deux femmes, l’une avec une pointe de projectile dans chaque épaule, l’autre avec une pierre à meule – une chasseuse et une cueilleuse. Cela semble suggérer que la division sexuelle du travail était atténuée à ces époques. »

Les ancêtres des Incas

  • Le site précolombien de Tiwanaku, dans l’ouest de la Bolivie, près du lac Titicaca, a connu son apogée au IXe siècle après Jésus-Christ.

    WIKIMEDIA COMMONS

    Le site précolombien de Tiwanaku, dans l’ouest de la Bolivie, près du lac Titicaca, a connu son apogée au IXe siècle après Jésus-Christ.

  • La porte du soleil du site précolombien de Tiwanaku, dans l’est de la Bolivie, près du lac Titicaca

    WIKIMEDIA COMMONS

    La porte du soleil du site précolombien de Tiwanaku, dans l’est de la Bolivie, près du lac Titicaca

1/2
  •  
  •  

Quand la domination masculine s’est-elle imposée dans les Andes ? « Certainement avec les Incas, mais dans les civilisations qui les ont précédés, c’est une question irrésolue », affirme M. Haas. Sarah Becker, de l’Université de Californie à Riverside, est une spécialiste de la civilisation de Tiwanaku. « On voit une division du travail dans la civilisation de Tiwanaku, mais les femmes ne semblent pas cantonnées dans des métiers moins physiques ou moins prestigieux, relève-t-elle. On voit d’ailleurs que chez les Aymaras modernes, les descendants de cette civilisation, la division du travail est parmi les plus égalitaires en Amérique andine. »

La laine de vigogne

  • Capture des vigognes sauvages pour en récolter la laine, par les Aymaras au Pérou.

    PHOTO FOURNIE PAR RANDY HAAS

    Capture des vigognes sauvages pour en récolter la laine, par les Aymaras au Pérou.

  • Un troupeau de vigognes, des camélidés sauvages des Andes

    PHOTO FOURNIE PAR RANDY HAAS

    Un troupeau de vigognes, des camélidés sauvages des Andes

1/2
  •  
  •  

La vigogne est un camélidé sauvage des Andes, cousin du lama et de l’alpaga, qui est capturé pour sa laine. « Encore aujourd’hui, au Pérou, où j’ai fait beaucoup de fouilles, parmi les communautés aymaras, tout le monde participe à la “chasse” à la vigogne, explique M. Haas. J’en ai été témoin, hommes et femmes collaborent afin d’attirer les vigognes dans un enclos pour qu’on les tonde. Il n’y a pas de rôles définis par le sexe. »

Diane chasseresse

Dans la mythologie gréco-romaine, Artémis et Diane étaient les déesses de la chasse. Elles ont inspiré de nombreux tableaux et sculptures de « Diane chasseresse ». Mais pourquoi une déesse a-t-elle des attributs traditionnellement masculins ? Carla Ionescu, qui a fait son doctorat à l’Université York sur Artémis et qui enseigne dans plusieurs universités ontariennes, a une théorie intéressante. « Artémis est une figure reprise par les Grecs qui existait auparavant en Asie Mineure – Cybèle et d’autres déesses nourricières de la nature et de l’agriculture, indique Mme Ionescu. Les Grecs l’ont transformée en chasseresse, non seulement d’animaux, mais aussi d’hommes qui tuent des animaux sans raison. Artémis punit Agamemnon, qui a tué l’un de ses cerfs sacrés, en nuisant à son attaque contre Troie. Il y avait un grand culte du féminin en Grèce dans le temple d’Artémis sur l’Acropole, qui selon moi a eu des échos dans le culte de la Vierge Marie. »

Les Andes au fil des millénaires

De 8000 à 10 000 av. J.-C.
Arrivée de l’homme moderne dans les Andes
3300 av. J.-C.
Début de l’agriculture dans les Andes
1500 av. J.-C.
Culture du quinoa et de la patate, et domestication de l’alpaga
Du Ve au IXe siècle
Civilisation de Tiwanaku
Du XVe au XVIe siècle
Civilisation incaà

Source : Université de Californie à Davis