Des ingénieurs coréens ont mis au point une main robotique capable de manipulations délicates, comme tenir un œuf, jouer du piano, verser de l’eau dans un verre à partir d’une bouteille ou couper du papier avec des ciseaux.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

« Notre main robotique imite les mouvements délicats de la main humaine afin de mieux manipuler les objets de la vie courante », a déclaré par voie de communiqué Hyunmin Do, de l’Institut coréen de machinerie et de matériaux (KIMM), dans un communiqué annonçant l’avancée, début février.

La main robotique coréenne peut être adaptée à de nombreux robots industriels, commerciaux et domestiques, et détient le record mondial de force relativement à son poids, affirment ses inventeurs. Elle ne pèse qu’un kilo et est capable de soulever trois kilos. Elle est composée de 16 sections mues par 12 moteurs distincts.

Le mécanisme mis au point par les chercheurs de KIMM permet des mouvements à amplitude réduite, dans des petits espaces, avec un haut « degré de liberté », un terme désignant les variations possibles de positions et de mouvements. Le secret de leur réussite selon eux est le positionnement d’un moteur animant chacun des cinq doigts au milieu de la paume de la main robotique.

Ils ont également mis au point deux types de capteurs mesurant la force exercée, afin de permettre une sensation tactile au contact. Ces capteurs sont installés au bout et au long des doigts ainsi que dans la paume de la main. Ils fonctionnent sur plusieurs axes et ne mesurent que 15 mm, pour un poids de 5 grammes par capteur. D’autres capteurs imitant la sensibilité de la peau, permettant de mesurer la distribution de la force sur la surface de contact entre les doigts robotiques et les objets, sont également cruciaux.