Ce sont les images du Soleil les plus détaillées jamais obtenues. Plus tôt cette semaine, un télescope spécialement construit à cette fin – et que les experts attendent depuis 20 ans – a dévoilé ses premiers clichés.

Agence Science-Presse

Pour les intimes, les taches jaunes, à la surface du Soleil, sont le résultat de la montée de gaz chaud depuis les profondeurs de notre étoile. Refroidi par sa brève exposition à l’extérieur de l’étoile, le plasma replonge vers l’intérieur – ce sont les lignes noires entre les cellules.

Le télescope solaire Daniel K. Inouye, installé sur un sommet d’Hawaï, doit lui-même être doté d’un système de refroidissement, tant la lumière du Soleil qu’il fixe risque de le faire surchauffer. Il peut voir des « objets » d’à peine 35 km de large.

Ces premiers clichés ont été réalisés pendant sa phase de réglage et de calibration: officiellement, le télescope n’entre en fonction qu’en juillet.

Il faut se rappeler que le Soleil est à 150 millions de km de nous, une gigantesque centrale nucléaire – mais une centrale qui fonctionnerait sans interruption depuis près de 5 milliards d’années.

Les scientifiques voient dans ce nouvel instrument la possibilité de mieux comprendre le comportement du champ magnétique de notre étoile, incluant son rôle dans les éruptions solaires les plus puissantes, celles qui se rendent à l’occasion jusqu’à nous et perturbent nos satellites.