(Tokyo) La sonde spatiale japonaise Hayabusa-2 s’est approchée de la Terre pour larguer samedi, avec succès, une capsule avec des échantillons d’un astéroïde qui pourraient fournir des indices sur l’origine du système solaire et de la vie sur notre planète, selon l’agence spatiale japonaise JAXA.

Mari Yamaguchi, Dennis Passa et Chisato Tanaka
The Associated Press

La sonde Hayabusa-2 a quitté l’astéroïde Ryugu, quelque 300 millions de kilomètres plus loin, il y a un an.

« La capsule s’est détachée. Félicitations », a affirmé le gestionnaire du projet de la JAXA, Yuichi Tsuda, après cette opération délicate à 220 000 kilomètres de distance.

PHOTO YUTAKA IIJIMA, AXA VIA JIJI PRESS/AFP

La capsule, qui a seulement 40 centimètres de diamètre, a amorcé sa descente vers la Terre et devrait atterrir dimanche dans une région isolée de l’Australie, à Woomera.

Après avoir largué la capsule, la sonde spatiale Hayabusa-2 s’est éloignée de la Terre pour immortaliser avec des photos la descente de la capsule avant d’amorcer une nouvelle expédition vers un autre astéroïde éloigné.

Environ deux heures plus tard, JAXA a indiqué avoir réorienté avec succès Hayabusa-2 pour sa nouvelle mission.

« Nous avons beaucoup accompli jusqu’à présent et lorsque nous aurons récupéré la capsule, tout se sera déroulé parfaitement », a dit le scientifique Makoto Yoshikawa, chef de la mission, durant un évènement en webdiffusion depuis le centre des commandes de l’agence à Sagamihara, près de Tokyo.

Des personnes qui ont suivi la séparation de la capsule lors de visionnements publics à travers le Japon ont acclamé le succès de l’opération.

« Mon cœur battait très vite », a affirmé Ichiro Ryoko, un ingénieur en informatique âgé de 60 ans, qui a assisté au visionnement au stade de Tokyo (Tokyo Dome).

Le retour sur Terre de ces échantillons survient des semaines près la mission de la NASA d’OSIRIS-REx, qui a ramené un échantillon de sol de l’astéroïde Bénou.

La Chine a, pour sa part, annoncé cette semaine que sa sonde lunaire a extrait des échantillons de roches lunaires, pour un retour sur Terre également, à des fins de recherche.

Quant au personnel de l’agence spatiale japonaise Jaxa, il a déployé des radars satellites, un radar maritime, des drones et des hélicoptères pour participer aux recherches et à la récupération de la capsule Hayabusa-2 après son atterrissage en Australie

L’expert australien de l’institut national pour l’espace (Australian National University space rock), Trevor Ireland, est sur place à Woomera pour l’arrivée de la capsule.

Il s’attend à ce que les échantillons de l’astéroïde Ryugu soient similaires à ceux du météorite qui est tombé près du village de Murchison, à une centaine de kilomètres de Melbourne, il y a plus de 50 ans.