Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine

Alice Girard-Bossé Alice Girard-Bossé
La Presse

Écrire à la main nous rend plus intelligents

Selon une étude publiée cet été dans la revue Frontiers in Psychology, le cerveau des jeunes adultes et des enfants est beaucoup plus actif lors de l’écriture à la main que lors de la saisie sur un clavier. Afin de mesurer l’activité cérébrale, les chercheurs ont utilisé un électroencéphalogramme (EEG), une méthode de neuro-imagerie permettant de mesurer l’activité électrique du cerveau à l’aide de 256 électrodes placées sur la tête du participant. Lors de l’écriture à la main, les zones du cerveau dans les régions pariétale et centrale, deux régions importantes pour la mémoire et pour le codage de nouvelles informations, étaient plus activées que lors de la saisie sur un clavier. Cette activation cérébrale supplémentaire pourrait fournir au cerveau des conditions optimales pour l’apprentissage.

Quiz

Q. Les fleurs changent-elles de couleur en réponse aux changements climatiques ?

PHOTO YURI CORTEZ, AGENCE FRANCE-PRESSE

Les dommages à la couche d’ozone et les changements de température ont fait augmenter de manière significative l’étendue des pigments UV des pétales de fleurs.

R. Les pigments ultraviolets (UV) des fleurs sont invisibles à l’œil humain, mais attirent les pollinisateurs et protègent les fleurs du soleil. Une nouvelle étude parue dans la revue Current Biology a démontré que les dommages à la couche d’ozone et les changements de température ont fait augmenter de manière significative l’étendue des pigments UV des pétales de fleurs. Cette augmentation entraîne un changement de la couleur florale, ce qui pourrait rendre les plantes moins attrayantes pour les pollinisateurs.

Le chiffre

25

PHOTO JOSHUA STEVENS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette image du 22 septembre dernier montre la progression de l’ouragan Teddy.

C’est le nombre de tempêtes tropicales et d’ouragans qui se sont formés, jusqu’à présent, dans l’océan Atlantique depuis le début de l’année 2020. C’est la deuxième fois de l’histoire que l’Organisation des Nations unies (ONU) a épuisé tous les prénoms de la liste, l’obligeant à recourir aux lettres de l’alphabet grec. Depuis 1978, les prénoms des ouragans sont basés sur une liste alphabétique alternant entre des prénoms féminins et masculins. La liste ne comporte que 21 lettres sur 26, puisque les lettres Q, U, X, Y et Z sont exclues. Après Alpha, Bêta et Gamma, on en est désormais au prénom Delta, une première historique.

Un retour dans le passé avec l’intelligence artificielle

PHOTO THIBAULT CAMUS, ASSOCIATED PRESS

Des visiteurs admirent la toile Le Sacre de Napoléon, œuvre de l’artiste Jacques-Louis David, au Louvre, à Paris.

Un nouvel algorithme, conçu par des chercheurs de l’École normale supérieure à Paris, a la capacité d’estimer la confiance sociale des portraits européens historiques à l’aide de leurs expressions faciales. Il a déjà été démontré que la fiabilité a un impact positif sur la société, notamment une amélioration des performances économiques, une baisse des taux de criminalité et des institutions plus inclusives. Toutefois, il est difficile de documenter la confiance sociale dans le temps. Les résultats, publiés dans la revue Nature Communications à la fin de septembre, révèlent une augmentation de la fiabilité des personnages historiques entre les années 1500 et 2000. Cette augmentation est parallèle à la montée des valeurs libérales comme la tolérance religieuse, la liberté politique et la démocratie.

Une greffe de selles pour restaurer la fonction cognitive des aînés

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Chercher des moyens d’améliorer les fonctions cognitives des personnes âgées est une quête de nombreux scientifiques.

Les transplantations fécales pourraient un jour être utilisées comme thérapie pour restaurer la fonction cognitive chez les personnes âgées. Depuis plusieurs années, de nombreux scientifiques soulignent l’importance de l’axe intestin-cerveau. Selon une étude de l’Université de Florence parue il y a quelques jours dans la revue Microbiome, les transplantations fécales de souris plus âgées à de plus jeunes ont modifié leur microbiome intestinal, ce qui a, à son tour, nui à leur apprentissage spatial et à leur mémoire. Les chercheurs souhaitent qu’un jour, la procédure inverse soit appliquée dans le but de restaurer le microbiome des individus plus âgés, afin d’améliorer leurs fonctions cognitives et leur qualité de vie.