La NASA vient de publier des images montrant l’élargissement du champ de vision du télescope spatial à champ large Nancy Grace Roman, qui sera lancé d’ici cinq ans. Les progrès par rapport à Hubble sont frappants : la même résolution, mais un champ de vision 100 fois plus grand.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

« C’est une étape excitante pour la mission », a dit par voie de communiqué Ken Carpenter, responsable du projet au centre spatial Goddard de la NASA au Maryland. « Nous allons pouvoir terminer les systèmes à temps pour le lancement prévu au milieu de la décennie. »

La vidéo dévoilée à la fin juillet montre la nébuleuse de l’Aigle, où se trouvent les « piliers de la création », une célèbre photo de colonnes de poussière cosmique longues de 70 années-lumière, croquée en 1995 par le télescope Hubble. Le champ de vision du futur télescope Roman a été illustré en utilisant des télescopes terrestres, qui ont une résolution bien moins grande que les télescopes spatiaux.

Le télescope Roman vient de terminer le stade de révision du design préliminaire. Il accumulera les données 500 fois plus vite que Hubble, qui affiche 172 téraoctets au compteur depuis son lancement en 1990. Roman transmettra 20 000 téraoctets dans ses cinq premières années de vie. Les données de Roman seront rendues publiques dans les jours suivant leur réception, une première pour la NASA.

NASA

Nancy Grace Roman avec une maquette du télescope spatial Hubble.

« Roman observera des milliers d’exoplanètes, des millions de galaxies et des milliards d’étoiles », a ajouté Karoline Gilbert, responsable de la mission scientifique Roman à l’Institut de science par télescope spatial de Baltimore.

NASA

Nancy Grace Roman au centre spatial Goddard en 1972.

Le télescope spatial Roman doit son nom à la « mère du télescope spatial Hubble », Nancy Grace Roman, qui a lancé le programme alors qu’elle dirigeait l’équipe d’astronomie de la NASA, où elle a travaillé entre 1959 et 1979. Mme Roman est décédée en 2018 à l’âge de 93 ans.