Des ingénieurs américains ont mis au point une « machine à supernovas » qui reproduit les nuages de gaz que crée ce phénomène astronomique.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

« C’est une machine mince de deux mètres de haut », explique Ben Musci, de l’Institut de technologie de Géorgie, Georgia Tech, par voie de communiqué. Une détonation à la base de l’appareil produit une onde de choc qui se déplace vers le haut, provoquant le mélange de deux couches de gaz. Ces derniers se mélangent, provoquant des turbulences et des spirales similaires à celles des supernovas. Un laser illumine le tout et une caméra haute vitesse capture le tout avec un centimètre de précision. Les résultats représentent fidèlement l’apparence des supernovas, selon des équations astrophysiques. Il a fallu deux ans de programmation pour y arriver.

Comme premier test, l’équipe d’ingénieurs astrophysiques a reproduit les méandres de la nébuleuse du crabe, une supernova mesurant 12 années-lumière de long dans la constellation du Taureau.

« Il nous a fallu un an pour éliminer une onde de choc secondaire et des fuites d’air, et adapter les équations à la gravité, à la température et aux radiations naturelles dans le laboratoire », dit M.  Musci, qui est l’auteur principal de l’étude publiée dans le Astrophysical Journal à la mi-juin.

Une grande partie des nébuleuses sont des restes de supernovas, qui sont des étoiles très massives qui explosent. L’explosion fait se mélanger les différentes couches de gaz de l’étoile. Les gaz plus lourds à l’intérieur de l’étoile percent les couches de gaz plus légers à la surface. Derrière l’onde de choc, la pression est plus faible, ce qui complique le mélange turbulent des gaz.