La NASA a choisi la compagnie Astrobotic pour amener jusqu’à la Lune la sonde VIPER en 2023.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

VIPER, acronyme de « Rover d’exploration et de recherche polaire et de volatiles », cherchera de l’eau sur le pôle Sud de la Lune pendant 100 jours à l’aide de quatre instruments d’analyse du sol lunaire. Une mèche permettra de creuser un mètre dans le sol lunaire.

« VIPER aidera grandement nos efforts pour envoyer un homme et une femme sur la Lune en 2024 avec le programme Artemis », a déclaré par voie de communiqué Jim Bridenstine, le grand patron de la NASA. « Nos partenaires commerciaux changent la donne de l’exploration spatiale. »

Astrobotic, de Pittsburgh, enverra l’an prochain une première fusée vers la Lune pour y déposer une plateforme de tests de trois des quatre instruments de VIPER, qui analyseront la dissipation du nuage de vapeur de l’alunissage. En 2022, une autre compagnie, Marten Space System de Californie, testera la même plateforme avec un alunissage.

La facture d’Astrobotic pour l’envoi de VIPER en 2023 sera de 200 millions US. Le coût total du programme VIPER était évalué l’an dernier par la NASA à 250 millions US. En comparaison, la dernière mission lunaire de la NASA, deux impacteurs appelés GRAIL-A et GRAIL-B, a coûté 500 millions US en 2012.