Les mamans chimpanzés prémâchent la nourriture pour leurs bébés, un comportement observé aussi chez d’autres singes. La pratique ne semble pas liée à la difficulté de mastication d’un aliment, mais pourrait avoir une fonction immunitaire, par le transfert de la salive maternelle.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

« J’ai noté ce comportement pour la première fois dans le parc national de Kibale en Ouganda, en 2013, alors que je collectais des données pour ma thèse de doctorat », raconte la première auteure de l’étude qui vient de paraître dans le Journal of Human Evolution, Iulia Bădescu, de l’Université de Montréal. Elle a étudié des chimpanzés de l’Ouganda.

Elle fait un lien avec les purées pour bébés. « De nos jours, nous écrasons ou broyons souvent ces aliments complémentaires, mais, dans de nombreuses cultures, les parents pratiquent toujours le partage des aliments prémastiqués, dit-elle. L’étudier chez les chimpanzés nous donne des indications précieuses sur l’évolution de l’alimentation complémentaire chez les humains, qui est une stratégie évolutive importante pour notre espèce. »

PHOTO FOURNIE PAR IULIA BĂDESCU

Iulia Bădescu

La chercheuse fait aussi un lien entre la prémastication et le baiser romantique. « Il existe une hypothèse formulée par le chercheur autrichien Irenäus Eibl-Eibesfeldt, selon laquelle le baiser entre adultes serait un comportement dont les racines se trouvent dans l’enfance, lors du partage de la nourriture prémâchée des mères, mais aussi d’autres membres de la famille, avec leurs enfants, dit Mme Bădescu. « Le baiser romantique entre humains adultes peut remonter à la petite enfance, à notre relation nutritionnelle et socioémotionnelle avec nos mères et les autres soignants de notre entourage. »