Des astronomes ont découvert qu’un système solaire contenant deux étoiles a deux modes de fonctionnement très différents sur une période de 15 ans.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Terzan 5 CX1 est situé à 19 000 années-lumière, dans la constellation du Sagittaire. Il est composé d’une étoile comparable à notre Soleil et d’une autre beaucoup plus massive, appelée « étoile à neutrons ».

Ce duo est habituellement appelé « binaire de faible masse à rayons X ». L’étoile à neutrons attire de la matière de l’étoile plus petite, ce qui nourrit la rotation de l’étoile à neutrons.

Le télescope spatial à rayons X Chandra, lancé en 1999, a observé ce comportement traditionnel de Terzan 5 CX1 en 2003. Mais entre 2009 et 2014, ce système binaire se comportait plutôt comme un « pulsar milliseconde », moins brillant et émettant des ondes radio en pulsions au rythme de la rotation de l’étoile à neutrons. Ces résultats ont été confirmés par un télescope du Nouveau-Mexique. En 2016, Terzan 5 CX1 était revenu au mode « binaire de faible masse à rayons X ».

Depuis cinq ans, plusieurs études ont graduellement élucidé le phénomène, qui viennent d’être rassemblées par la Société astronomique américaine. L’explication du comportement « Dr Jekyll et M. Hyde » de Terzan 5 CX1 est que son étoile à neutrons à un certain point a tellement de masse qu’elle effectue plusieurs rotations sur elle-même par seconde. Cela a pour effet de disperser la matière qu’elle soutire à son étoile jumelle, qui s’est concentrée dans un disque de 15 km de large. Cette matière est éjectée comme un pulsar milliseconde.

Ensuite, quand le disque est disparu, l’étoile à neutrons ralentit et recommence à soutirer de la matière à son étoile jumelle.