Des ingénieurs bavarois ont mis au point une peau artificielle pour des robots qui les aide à interagir avec l’homme.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

« Notre système est robuste et peut fonctionner avec différents types de robots », explique par voie de communiqué l’auteur principal de l’étude publiée début octobre dans la revue Proceedings of the IEEE, Gordon Cheng de l’Université technique de Munich. « Une peau sensible n’est peut-être pas importante pour les robots industriels, mais dans certains cas, comme les hospices et les hôpitaux, les robots doivent interagir de très près avec des gens. »


L’eurêka robotique bavarois a été d’utiliser plusieurs cellules, chacune comportant des capteurs de contact, d’accélération, de proximité et de température. Après tout, la peau est composée de multiples cellules, notamment des cellules nerveuses.


Chaque cellule de la peau robotique de M. Cheng mesure environ 2,5 cm de diamètre. « Nous cherchons maintenant à réduire la taille des cellules afin d’en arriver à une production de masse », dit l’ingénieur munichois.


Des tests avec un robot humanoïde appelé H1 ont permis de constater que la peau artificielle multicellulaire améliore la marche, différents types de contacts humains et améliore la capacité d’anticiper et d’éviter les accidents. résolu


Les premières cellules ont été conçues par le laboratoire munichois voilà dix ans, mais jusqu’à tout récemment il était impossible d’avoir une peau composée de plus de quelques centaines de cellules. Le problème a été en traitant avec un algorithme les informations des capteurs en continu, plutôt que seulement lorsqu’il y a une variation de paramètre indiquant un contact. Le robot testé comportait 1260 cellules de peau robotique.

« C’est similaire au fonctionnement de notre système nerveux, dit M. Cheng. Par exemple, nous faisons l’expérience d’un chapeau quand nous le mettons, mais par la suite nous nous habituons à la sensation, jusqu’au moment où le vent nous enlève le chapeau. De cette manière, notre système nerveux se concentre sur les données nouvelles requérant une réponse physique. »