La science a engendré de nombreux athées. Mais beaucoup de scientifiques sont croyants. Le 17 septembre, l’archidiocèse d’Ottawa a organisé une « messe d’or » pour les scientifiques. Une nouvelle tendance au Canada.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Messe d’or

Le 17 septembre a eu lieu à la cathédrale d’Ottawa la deuxième messe d’or de l’est du Canada. « Il y a une messe d’or depuis trois ans dans la région de Victoria, en Colombie-Britannique, explique Robert Dubroy, directeur des communications de l’archidiocèse d’Ottawa. Il y a aussi des messes blanches pour la médecine et des messes rouges pour les avocats. » Pourquoi l’or ? « Les premiers scientifiques au Moyen Âge pensaient pouvoir faire de l’alchimie, créer de l’or. » M. Dubroy, qui est lui-même biologiste de formation, souligne que de nombreux cratères sur la Lune ont été nommés en l’honneur des jésuites qui les ont découverts. Une messe d’or, tradition lancée dans plusieurs universités américaines en 2016 par la Société des scientifiques catholiques, a également lieu depuis l’an dernier à la mission catholique Newman de l’Université de Toronto. Une centaine de livrets ont été imprimés pour la messe d’or d’Ottawa.

Dieu et la nature

M. Dubroy a mis La Presse en contact avec John Makadi, ingénieur aéronautique à la retraite qui a participé à la création de la messe d’or. Comment un scientifique peut-il croire en Dieu ? « Je trouve la beauté de Dieu chaque fois qu’une nouvelle théorie explique comment le monde fonctionne. J’ai plusieurs amis scientifiques croyants. Certains travaillent à l’Agence [canadienne] d’inspection des aliments, et nous voyons tous la trace de Dieu dans la nature. » M. Makadi croit-il que le monde a été créé directement par Dieu ? « Non, je ne suis pas créationniste. Pour moi, Dieu a accompagné l’évolution. Mais j’ai parfois des désaccords éthiques avec d’autres scientifiques. Je pense, par exemple, qu’il faut faire attention avec les techniques de génie génétique comme CRISPR, qui permettent de couper des gènes. »

Les messes rouges

Une autre messe « professionnelle » est plus établie : la messe rouge, pour les juges et avocats. « Ça existe depuis le XIIIe siècle en France », explique Jean Rhéaume, l’organisateur de la messe rouge d’Ottawa, qui a lieu le 21 septembre. « La plus grosse au Canada a lieu à Toronto. À Washington, c’est une grosse affaire, plusieurs juges de la Cour suprême y assistent, même s’ils ne sont pas catholiques. » L’assistance à une messe publique ne compromet-elle pas l’apparence d’impartialité d’un juge ? « Je ne vois pas pourquoi », répond Me Rhéaume. La foi est-elle bénéfique pour le travail d’un avocat ? « À la fin de l’Évangile selon saint Matthieu, on dit : “Soyez parfait comme votre Père céleste est parfait”, dit Me Rhéaume. Ça veut dire qu’il faut faire de notre mieux. Avec notre travail, on rend gloire à Dieu. » Me Rhéaume, qui travaille au ministère de la Défense, organise la messe rouge d’Ottawa depuis 2000. La première a eu lieu en 1984. Celle de Montréal, qui s’est tenue le 5 septembre, existe depuis 1944. Un peu moins d’une centaine de juristes en moyenne assistent aux messes rouges de Montréal et d’Ottawa.

Les saints

Saint Albert le Grand : Né au début du XIIIe siècle, ce dominicain allemand, mort en 1280, a été brièvement évêque, mais a surtout enseigné et publié, notamment une encyclopédie zoologique, De animalibus.

Saint Thomas More : Né en 1478, cet homme de loi anglais a été décapité en 1535, après une longue carrière au service de l’État, parce qu’il refusait de cautionner le divorce d’Henri VIII et le schisme avec Rome.

En chiffres

1000 : Capacité de la cathédrale Saint-Matthieu, à Washington, qui est remplie à craquer lors des messes rouges de la fin de septembre

6 : Nombre maximal de juges de la Cour suprême ayant assisté à la messe rouge de Washington, en 2011 et 2012

3 : Nombre de juges de la Cour suprême ayant assisté à la messe rouge de Washington en 2018, marquée par des manifestations contre Brett Kavanaugh

800 : Nombre de membres de la Société des scientifiques catholiques des États-Unis, fondée en 2016

Sources : CNN, C-Span, archidiocèse de Washington