Source ID:05dbaad4849b353b90a705a670471d7e; App Source:StoryBuilder

Intelligence artificielle

Le Québécois Yoshua Bengio parmi les «Nobel de l'informatique»

C'est la consécration pour les pères fondateurs de l'apprentissage profond, cette branche en plein boom de l'intelligence artificielle. Après avoir travaillé pendant des années à contre-courant des tendances scientifiques, le Québécois Yoshua Bengio, l'Ontarien Geoffrey Hinton et le Français Yann LeCun recevront le prix Turing, la plus haute distinction internationale en informatique, souvent appelée le « Nobel de l'informatique ».

« C'est incroyable, a commenté le professeur Bengio à La Presse. C'est une belle surprise. Dans la communauté de l'informatique théorique qui domine l'organisation de ce prix, les réseaux de neurones et l'apprentissage profond n'avaient pas le dessus du pavé. C'est donc une reconnaissance pour tout le domaine, et pas seulement pour ce que nous avons fait. »

L'Ontarien Geoffrey Hinton, chercheur en intelligence artificielle... (PHOTO AARON VINCENT ELKAIM, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES) - image 2.0

Agrandir

L'Ontarien Geoffrey Hinton, chercheur en intelligence artificielle

PHOTO AARON VINCENT ELKAIM, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Le Français Yann LeCun, chercheur en intelligence artificielle... (PHOTO BRIAN ACH, ARCHIVES GETTY IMAGES FOR WIRED/AGENCE FRANCE-PRESSE) - image 2.1

Agrandir

Le Français Yann LeCun, chercheur en intelligence artificielle

PHOTO BRIAN ACH, ARCHIVES GETTY IMAGES FOR WIRED/AGENCE FRANCE-PRESSE

Les gagnants, dont les noms sont dévoilés aujourd'hui, se partageront une bourse de 1 million de dollars US le 15 juin lors d'une cérémonie à San Francisco. Une douce revanche pour ces collaborateurs et amis de longue date, qu'on a déjà appelés « les anticonformistes de l'intelligence artificielle » (les anglophones les qualifiaient de « Mavericks ») et dont les travaux ont longtemps été ignorés par la communauté scientifique.

De dissident à superstar

Professeur à l'Université de Montréal. Directeur scientifique de l'Institut québécois d'intelligence artificielle (MILA) et de l'Institut de valorisation des données (IVADO). Cofondateur de l'entreprise québécoise Element AI. Conseiller de Botler AI, une autre boîte montréalaise en démarrage. Yoshua Bengio porte aujourd'hui tellement de chapeaux qu'on se demande quand il trouve le temps de dormir.

Maintenant que l'apprentissage profond fait parler de lui autant pour sa capacité à nous proposer des films sur Netflix qu'à communiquer avec nos assistants personnels virtuels, en passant par le développement des voitures autonomes, le professeur Bengio est une vedette médiatique. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Car pour les trois chercheurs, ce prix est l'aboutissement d'un pari fait il y a des décennies et auquel peu de gens croyaient : celui de développer l'intelligence artificielle en s'inspirant du cerveau humain.

En vogue à la fin des années 80, ce concept de « réseaux de neurones artificiels » est ensuite presque tombé dans l'oubli.

« Il y a un moment où Geoff, Yann et moi, on était pas mal seuls là-dedans. Ce n'était pas facile de convaincre nos étudiants de travailler là-dessus. Ils voulaient se trouver un job en sortant, et quand tu travailles sur quelque chose qui n'est pas à la mode, tu t'inquiètes. »

- Yoshua Bengio

M. Bengio raconte même qu'en 2007, lors d'un congrès mondial tenu à Vancouver, une conférence proposée par Geoffrey Hinton, Yann LeCun et lui-même a été refusée par les organisateurs. Qu'à cela ne tienne : prouvant leur réputation de dissidents, les trois amis ont défié l'horaire officiel, nolisé des autobus et tenu la conférence quand même. « Ç'a été l'atelier le plus couru de la conférence. Et ç'a été le premier événement à haute énergie, si on peut dire, où les gens ont réalisé qu'il se passait quelque chose. »

Après avoir planché sur les réseaux de neurones, les trois comparses ont développé le concept d'apprentissage profond : cette idée d'organiser les réseaux en couches qui traitent les informations en plusieurs étapes successives se nourrissant l'une de l'autre. L'approche a démontré son succès dans des applications comme la reconnaissance d'images, la reconnaissance de la parole et la traduction automatique.

Collaborer malgré la concurrence

En 2013, Geoffrey Hinton a été recruté par Google et Yann LeCun s'est joint à Facebook. Yoshua Bengio, lui, a toujours résisté aux offres des géants. « Il n'y a pas que l'argent dans la vie », a-t-il déjà dit à La Presse. En 2016, il a contribué à fonder Element AI, une entreprise en démarrage montréalaise qui compte déjà plusieurs centaines d'employés.

Malgré la concurrence que se livrent les sociétés pour lesquelles ils travaillent, Geoffrey Hinton, Yann LeCun et Yoshua Bengio n'ont jamais arrêté de brasser des idées ensemble.

« Notre collaboration est à un niveau très abstrait. On est loin des choses qui intéressent les compagnies et qui sont proches du commercial. On discute plutôt des grandes questions de recherche - dans quelle direction on doit aller, quels sont les vrais défis », précise Yoshua Bengio.

Le spécialiste québécois estime qu'il reste encore bien du travail à faire. 

« Ces systèmes sont encore très loin de comprendre le monde qui nous entoure. Ils ont l'air intelligents quand ils donnent les bonnes réponses, mais quand ils donnent les mauvaises, on se rend compte qu'ils sont stupides. »

- Yoshua Bengio

L'objectif ultime, selon lui, est clair : amener l'intelligence artificielle « jusqu'au niveau de l'intelligence humaine ». Certains chercheurs estiment que tous les concepts fondamentaux pour y parvenir existent déjà, et qu'il suffira d'augmenter la capacité de calcul des algorithmes et de leur fournir davantage de données.

« Geoff, Yann et moi, on n'est pas d'accord avec ça. C'est débattu, mais on estime qu'il manque encore des concepts pour y arriver. Il va falloir ajouter des choses à notre boîte à outils », dit le professeur Bengio.

En attendant de construire ce monde dans lequel les machines seraient aussi intelligentes que les humains, Yoshua Bengio savoure ce prix Turing qui lui tombe dessus, remerciant au passage tous les étudiants et les collaborateurs qui ont travaillé avec lui au fil des décennies.

« C'est une source de fierté pour Montréal, pour le Québec, pour le Canada, dit-il en parlant du prix. C'est quelque chose qui va nous aider dans notre développement économique et scientifique pour attirer encore plus de cerveaux ici. Le fait d'avoir cette reconnaissance est un cadeau du ciel. »




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer