L'hypothèse d'une explosion de la diversité chez les dinosaures dans la dernière partie du Crétacé, juste avant leur disparition de la surface terrestre, est remise en cause par une étude qui date de bien plus tôt les étapes clés de leur évolution.

Mis à jour le 22 juill. 2008

L'équipe scientifique coordonnée par Graeme Lloyd, de l'University of Bristol (ouest de l'Angleterre), réexamine l'hypothèse courante selon laquelle les dinosaures auraient connu leur diversification la plus riche, comme beaucoup d'autres espèces, pendant la dernière partie du Crétacé, entre 125 et 80 millions d'années avant notre ère.

C'est dans cette période particulièrement faste pour la vie sur Terre qu'auraient explosé les espèces de plantes à fleur, insectes et papillons, mammifères et peut-être aussi oiseaux.

Toutefois, les dinosaures n'auraient pas attendu cette période propice pour se diversifier, selon l'étude publiée mardi dans les comptes rendus de l'Académie britannique des sciences (Proceedings of the Royal Society B.).

Les chercheurs ont analysé patiemment plus de 450 espèces de dinosaures, soit environ 70% des espèces connues à ce jour, élaborant un «super arbre» généalogique. Ils concluent qu'une première diversification massive a eu lieu bien plus tôt, à la fin du Triassique, entre -225 et -200 millions d'années, soit dans le premier tiers du long règne des dinosaures.

Une deuxième phase de diversification, moins importante, se serait déroulée pendant le milieu de l'ère Jurassique, entre -170 et -160 millions d'années.

C'est l'abondance des fossiles retrouvé pendant le Crétacé qui aurait conduit les paléontologues à privilégier la «révolution» du Crétacé comme période clé de la diversité d'espèces des dinosaures, explique l'étude.

Le Crétacé (-145 à -65 millions d'années), avec son climat chaud, est considéré comme une période majeure de réorganisation et de modernisation des écosystèmes.

Il se termine avec la disparition des dinosaures, souvent associée à l'impact d'une météorite géante dans le Yucatan (Mexique), qui aurait entrainé de gigantesques incendies et fumées réchauffant la terre et ravageant la végétation.