(Montréal) Aucune salle d’urgence du Québec ne voit tous les patients qui se présentent, démontre une nouvelle publication de l’Institut économique de Montréal (IEDM), mais certaines régions de la province font nettement mieux que d’autres.

Jean-Benoit Legault
La Presse canadienne

La région de Chaudière-Appalaches arrive en première place, avec seulement 4,1 % de patients qui se présentent à l’urgence et repartent sans avoir été vus par un médecin. Les Laurentides arrivent en queue de peloton avec 18 %.

Le pourcentage est de 10,9 % pour l’ensemble du Québec.

« Aucune salle d’urgence au Québec n’arrive à répondre à la demande de soins, c’est aussi simple que ça, a résumé l’auteur de l’étude, Patrick Déry. Il y a de petits établissements qui sont très proches d’y arriver, mais portrait général sans les exceptions, il y a certains hôpitaux où moins de 5 % des patients retournent à la maison, mais dans d’autres, par exemple en Outaouais et dans les Laurentides, c’est presque un patient sur quatre. C’est énorme. »

À Montréal et à Laval, ce sont 10,2 % des patients qui ont renoncé à voir un médecin, contre 11,2 % dans la région de Québec et 14,3 % en Montérégie.

« Dans les grands centres, généralement c’est pire, dans les régions à moins grande densité, c’est mieux, mais ce n’est pas une garantie non plus, parce que la Côte-Nord et l’Abitibi-Témiscamingue, ce sont des situations qui ne sont pas faciles non plus », a précisé M. Déry.

L’étude a été réalisée avant la pandémie de coronavirus, à partir des données fournies par le ministère de la Santé pour 117 salles d’urgence.

Le portrait régional montre que la partie de la province située au nord ou à l’est de Québec s’en tire généralement mieux que sa partie ouest, à l’exception de la Côte-Nord.

Comparaison sur cinq ans

Une comparaison des données sur cinq ans permet de constater que certaines régions font mieux aujourd’hui, tandis que d’autres ont cheminé en sens inverse.

« La Mauricie et le Centre-du-Québec ont vu leur situation s’améliorer de façon considérable, a souligné M. Déry. On ne peut pas dire que tout est rose, […] mais il y a des améliorations intéressantes qui ont été faites. Même chose dans le Bas-Saint-Laurent et au Saguenay. »

Ainsi, dans la Mauricie et le Centre-du-Québec, ce sont 8 % des patients qui sont repartis bredouilles en 2019-2020. Cela représente une amélioration de 32,2 % par rapport aux 11,8 % de patients qui avaient subi le même sort en 2014-2015.

On note des améliorations de 26,3 % dans le Nord-de-l’Île-de-Montréal, de 19,4 % dans Lanaudière et de 17,4 % au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Dans toutes ces régions, on parle quand même d’environ un patient sur dix qui repart les mains vides.

À l’inverse, la situation s’est détériorée de 81,1 % au CHUM, de 74,2 % dans le Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal et de 67,7 % au CUSM.

« Le Grand Montréal, les couronnes, il y a de fortes augmentations démographiques, et on voit que ça pèse lourd sur les hôpitaux, a expliqué M. Déry. Dans les hôpitaux de Montréal, ceux qui sont dans la moyenne, c’est autour d’un patient sur dix qui rebrousse chemin. Il y a des défis qui sont considérables. »

Dans l’ensemble du Québec, on calcule une hausse de 5,8 % du nombre de patients qui repartent de l’urgence sans avoir vu un médecin.

Même la région de Chaudière-Appalaches a vu sa performance glisser de plus de 5 %, puisque ce sont seulement 3,9 % des patients qui quittaient en 2014-2015.

« C’est un portrait qui est complexe, a dit M. Déry. Il y a certains établissements qui vont relativement bien, mais qui vont moins bien qu’il y a cinq ans. Il y a d’autres établissements qui ont encore des difficultés, mais qui se sont quand même améliorés. »

Une étude précédente de l’IEDM révélait que l’an dernier, près de 380 000 Québécois – ou plus de 1000 patients par jour – sont ressortis de l’urgence d’un hôpital sans avoir fait l’objet d’une prise en charge médicale et sans avoir été réorientés.

Pourcentage des patients qui, en 2019-2020, se sont présentés à l’urgence et sont repartis sans avoir vu un médecin.

•Chaudière-Appalaches 4,1 %

•Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal 5,4 %

•Saguenay-Lac-Saint-Jean 7,6 %

•Mauricie et du Centre-du-Québec 8,0 %

•Nord-de-l’Île-de-Montréal 8,4 %

•Gaspésie 8,6 %

•Bas-Saint-Laurent 9,2 %

•Abitibi-Témiscamingue 9,5 %

•Ouest-de-l’Île-de-Montréal 10,0 %

•Laval 10,2 %

•CHU (Québec) 10,9 %

•CUSM 10,9 %

•Montérégie-Est 11,3 %

•Est-de-l’Île-de-Montréal 11,5 %

•Estrie 11,6 %

•Des Îles 12,4 %

•Lanaudière 12,5 %

•Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal 13,0 %

•Capitale-Nationale 13,1 %

•Côte-Nord 14,2 %

•Montérégie-Ouest 14,4 %

•Outaouais 15,8 %

•CHUM 16,3 %

•Montérégie-Centre 17,1 %

•Laurentides 18,1 %