Le nombre de personnes âgées hospitalisées après avoir subi une chute a triplé de 1991 à 2016 au Québec, révèle un rapport de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Chaque année, le taux d’hospitalisations attribuables aux chutes augmente en moyenne de 0,7 % chez les femmes et de 1 % chez les hommes de 65 ans et plus au Québec. « Le risque d’être hospitalisé pour une blessure liée à une chute augmente, tant chez les hommes que chez les femmes », résume Mathieu Gagné, conseiller scientifique à l’INSPQ.

Ce rapport coïncide avec la mort la fin de semaine dernière d’un homme de 82 ans qui habitait au centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Roland-Leclerc à Trois-Rivières. Atteint de la maladie d’Alzheimer, Guy Bastien a chuté vendredi soir et est mort par la suite.

Les circonstances exactes de l’incident restent nébuleuses. La famille affirme qu’un gardien de sécurité aurait poussé M. Bastien, peut-on lire dans le journal Le Nouvelliste. Le porte-parole du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Guillaume Cliche, affirme que l’établissement souhaite rencontrer tous les acteurs impliqués avant de se prononcer sur la question.

Une enquête a été ouverte par le service de police de Trois-Rivières. Le bureau du coroner a aussi ouvert une enquête.

M. Bastien aurait subi une fracture du crâne et une hémorragie cérébrale, selon Le Nouvelliste, qui souligne que la famille critique le fait que les employés du CHSLD aient tardé à l’envoyer à l’hôpital. C’est plutôt son fils qui a contacté le 911 en constatant l’état de son père.

Une enquête interne est en cours au CIUSSS de la Mauricie. « On va tout faire pour savoir ce qui s’est passé et pour apporter les améliorations, si nécessaire », affirme M. Cliche.

Mesures demandées

Alors que le nombre d’aînés augmente rapidement dans la province, « les mesures visant la réduction du risque de chute et la prévention des lésions traumatiques devraient être renforcées », indique l’INSPQ dans son rapport publié le 19 novembre.

Selon le rapport, 19 087 personnes âgées ont été hospitalisées à la suite d’une chute au Québec en 2016. La quasi-totalité d’entre elles présentaient une comorbidité comme de la démence (20,9 %), de l’arythmie (28,6 %), du diabète (24,5 %) ou une maladie pulmonaire (21,7 %). Dans 56 % des cas, les circonstances ayant mené à la chute sont inconnues.

Nombre annuel d’hospitalisations attribuables aux chutes au Québec chez les personnes de 65 ans et plus
1991 : 6893
2016 : 19 087

Taux ajusté d’hospitalisations par 100 000 habitants attribuables aux chutes dans la population âgée de 65 ans et plus, de 1991 à 2016
1991 2016
Femmes 1170 1420
Hommes 677 938

Les auteurs du rapport recommandent de « porter une attention particulière aux aînés très âgés ». Car la part des individus âgés de 85 ans et plus parmi l’ensemble des hospitalisations attribuables à une chute est passée de 26 % en 1991 à 44 % en 2016. « Il faut trouver une façon de prévenir les chutes. Car la pression sur le système de santé va continuer d’augmenter », affirme M. Gagné.

Moins de fractures de la hanche

L’INSPQ a aussi analysé les types de lésions subies par les victimes de chutes. Les fractures de la hanche demeurent la principale blessure.

Le taux d’hospitalisations liées à une fracture de la hanche a toutefois diminué entre 1991 et 2016, passant de 49 % en 1991 à 31 % en 2016.

Plusieurs facteurs peuvent avoir causé cette baisse. Notamment le fait que l’indice de masse corporelle des aînés augmente, ce qui offre une certaine protection lors des chutes. Les nouvelles technologies qui permettent d’évaluer la densité osseuse des patients et d’offrir des traitements améliorant la résistance des os peuvent aussi avoir joué un rôle.

Les auteurs du rapport soulignent que le taux de patients atteints de lésions craniocérébrales a augmenté ces dernières années au Québec. « Cette réalité est aussi observée ailleurs dans le monde », note M. Gagné. Différentes hypothèses sont analysées pour expliquer cette situation, notamment le fait que de plus en plus d’aînés prennent des anticoagulants, ce qui augmente le risque de saignement lors d’un coup à la tête. 

Types de lésions traumatiques chez les personnes âgées de 65 ans et plus hospitalisées à la suite d’une chute au Québec (2016)
Fracture de la hanche : 31,3 %
Fracture du bassin : 7,5 %
Fracture aux membres inférieurs : 11,0 %
Fracture aux membres supérieurs : 15,4 %
Craniocérébrales : 11,3 %
Contusions : 15,3 %

Rose-Mary Thonney, présidente de l’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP), estime aussi que plus de prévention devrait être faite afin de diminuer les chutes chez les aînés. « Et l’on doit s’attarder au manque de personnel en centres d’hébergement », dit-elle.

Lise Lapointe, présidente de l’Association des retraitées et des retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ), se dit aussi « préoccupée » par la hausse du nombre de chutes chez les aînés et croit que plus de mesures doivent être prises pour les prévenir, par exemple en allégeant la médication des personnes hébergées – on note une consommation moyenne de 14 médicaments par résidant.