L’ancien politicien Thomas Mulcair parraine la création de la Coalition pour l’homéopathie au Québec, un « groupe de pression positif » voulant promouvoir l’industrie controversée de l’homéopathie dans la province.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Plusieurs entreprises commercialisant des produits homéopathiques, le Syndicat professionnel des homéopathes du Québec et des citoyens, notamment, se sont regroupés et ont annoncé hier la création de la Coalition, qui vise entre autres à être une « source d’information fiable et crédible en homéopathie ».

Parrain de l’initiative, M. Mulcair milite pour la création d’un ordre professionnel des homéopathes au Québec. Lorsqu’il était président de l’Office des professions du Québec, de 1987 à 1993, M. Mulcair planchait déjà sur le projet.

Si le fruit n’était pas mûr à l’époque pour une réglementation de l’homéopathie, je pense fermement qu’il l’est aujourd’hui.

Thomas Mulcair

Lors d’une table ronde organisée hier matin par l’entreprise de produits homéopathiques Boiron et animée par la Dre Christiane Laberge, différents intervenants sont venus parler de la légitimité de l’homéopathie.

« Il y a des évènements qui sont de l’ordre de l’infiniment petit qui, actuellement, est en train de brasser les phénomènes médicaux, et l’homéopathie joue dans cette ligue-là », a dit la Dre Laberge, médecin de famille et chroniqueuse santé.

« Non seulement personne n’a jamais prouvé que les médicaments homéopathiques sont dangereux, il y a des preuves scientifiques de leur efficacité », a déclaré M. Mulcair.

Deux intervenants de l’Homeopathy Research Institute, dont son directeur Alexander Tournier, sont venus présenter différentes études sur le sujet, dont une réalisée en 2014 par le Dr Robert Mathie montrant que les médicaments homéopathiques sont de 1,5 à 2 fois plus efficaces qu’un placebo, a expliqué M. Alexander.

« Même si on ne comprend pas encore comment l’homéopathie démontre ses effets sur nombre de systèmes expérimentaux et cliniques comme on l’a vu tout à l’heure, c’est à nous, chercheurs, de découvrir comment ces résultats apparemment impossibles ressortent encore et encore de nos expériences », a dit M. Tournier, qui souligne que différentes recherches sont en cours.

Pas de preuve

Le pharmacien Christophe Augé, chargé de cours à l’Université de Montréal, a toutefois donné un avis différent. « Dans le cas de l’homéopathie, malgré ce que mes collègues ont dit, le consensus scientifique porte plus vers le fait qu’il n’y a pas d’effet non pas par manque de données, je pense, mais par manque de mécanismes plausibles scientifiquement selon les connaissances actuelles […]. Moi, je n’utilise pas d’homéopathie. Je ne recommande pas d’homéopathie. Et pour moi, l’effet de l’homéopathie, c’est un effet placebo. »

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Au Collège des médecins, on indique que « l’homéopathie est un traitement non reconnu qui n’est pas appuyé par les données de la science » et que « les médecins ne peuvent donc pas offrir des traitements homéopathiques à leurs patients ».

Jonathan Jarry, communicateur scientifique à l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill, assistait à l’évènement. Il critique la fiabilité des études présentées par les partisans de l’homéopathie : « On nous lance des données scientifiques qui sont très controversées et qui sont de mauvaise qualité. […] On nous lance de mauvais arguments. On nous parle par exemple du choix des patients. Je suis pour que les consommateurs et les patients fassent des choix éclairés en matière de santé. Mais quand on leur vend des granules de sucre qui n’ont aucun bénéfice sur la santé, ça n’aide pas à faire un choix éclairé », a-t-il commenté.

M. Jarry juge « malheureux » de voir « des professionnels de la santé qui vont sanctionner du non-sens comme l’homéopathie ». « Ça donne une légitimité à cette pratique-là », dit-il.

Médecine intégrative

Le Dr Jean Drouin, professeur au département de médecine de l’Université Laval et médecin de famille, est pour sa part venu défendre la pratique d’une médecine intégrative. Le médecin dit toujours donner la priorité à une approche médicale. Mais son expérience clinique tend à démontrer que l’homéopathie fonctionne.

« Je suis convaincu, et à voir surtout les résultats en médecine vétérinaire, qu’il y a plus que l’effet placebo. [...] Comme clinicien, depuis 1974 que je conseille, je ne dirais pas que je prescris, parce que je ne veux pas me retrouver dans le trouble, que je conseille l’homéopathie. C’est clair qu’il y a plus que l’effet placebo », dit-il.

À l’Ordre des pharmaciens du Québec, on affirme que le rôle du pharmacien est d’informer les patients sur les produits.

Et pour l’homéopathie, il n’y a pas de données probantes permettant de prouver une efficacité supérieure au placebo.

Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec

Au Collège des médecins, on indique que « l’homéopathie est un traitement non reconnu qui n’est pas appuyé par les données de la science » et que « les médecins ne peuvent donc pas offrir des traitements homéopathiques à leurs patients ». Les médecins sont aussi tenus « d’exercer leur profession selon des principes scientifiques » et de « s’abstenir d’avoir recours à des traitements insuffisamment éprouvés, sauf dans le cadre d’un projet de recherche et dans un milieu scientifique reconnu ».

Pour le Dr Drouin, le Collège des médecins devrait assouplir sa position sur l’homéopathie afin de mettre le patient au cœur des priorités tout en assurant la sécurité de la pratique. M. Mulcair veut que le Québec imite l’Ontario et encadre la profession. « Pourquoi un Québécois ou une Québécoise serait obligé d’aller en Ontario pour trouver un homéopathe […] réglementé ? », demande-t-il.

À l’Office des professions du Québec, le porte-parole Jacques Nadeau indique qu’aucune démarche n’est en cours en lien avec la création d’un ordre des homéopathes.