Le réseau de la santé publique du Québec, l’un des plus performants au Canada, a été frappé de plein fouet par la réforme de la santé pilotée par l’ex-ministre Gaétan Barrette. C’est la conclusion d’une étude menée dans tout le Québec par quatre chercheurs de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), que La Presse a obtenue.

KATIA GAGNON KATIA GAGNON
La Presse

CAROLINE TOUZIN CAROLINE TOUZIN
La Presse

L’étude, publiée en mars dernier, s’est retrouvée brièvement sur le site de l’INSPQ en juin, mais en a rapidement été retirée par la suite. Elle y a été republiée après nos demandes d’entrevue. Ses conclusions sont sévères à l’endroit de la réforme qui a créé les centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) à travers la province, des structures où les ex-directions de santé publique se sont retrouvées.

À la suite de coupes budgétaires qui équivalaient au tiers du budget de la santé publique, certains programmes « ont connu des difficultés importantes », notent les chercheurs. Les coupes « ont eu un impact majeur sur le maintien de l’expertise professionnelle dispensant les services ».

« Ça a été une réforme assez complexe. On a eu un rebrassage de structure, même au sein de la santé publique. Il y avait une perte de repères incroyable, une coupe de budget, et un rythme de travail qui ne changeait pas. Tout ça a amené énormément de confusion. On a vécu une espèce de marasme, les gens ont dû reconstruire des dynamiques de travail parce que tout cela avait été mis sur la paille en même temps », explique l’un des auteurs de l’étude, le conseiller scientifique Louis-Philippe Vien.

Pendant des mois, des années, les gens ne savaient plus quoi faire. Il n’y avait plus d’impulsion, la santé publique ne savait plus où elle allait. Ça a été deux ans de reconstruction de quelque chose qu’on croyait acquis. Ça a eu un effet démotivant.

Louis-Philippe Vien, conseiller scientifique à l’INSPQ et coauteur de l’étude

« Le Québec était un fleuron de la santé publique au Canada. Le réseau était très fort, très innovateur, bien concerté. Ce rapport nous dit que ce fleuron s’est affaibli significativement. Or, une santé publique qui s’affaiblit, ça a des conséquences majeures. Ce n’est pas facultatif, d’investir en santé publique. Ébranler, affaiblir, gruger les fondations d’un réseau de santé, c’est dommageable pour l’édifice au complet. La santé publique n’est pas un joueur dont on peut se passer ; quand on l’affaiblit, le prix à payer est très lourd. C’est Walkerton, c’est le SRAS [voir capsules], s’indigne Ak’ingabe Guyon, professeure adjointe de clinique à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. Le regard des chercheurs, dans ce rapport, est très dur. La santé publique est en souffrance, présentement, et ce sont des services directs à la population qui sont en cause. » 

L’ex-ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette, architecte de la réforme, estime que ces deux années constituent tout au plus une période de transition pour la santé publique. « Le rapport dit clairement que dans toute réforme, il y a une période de transition où les choses sont plus instables. Dans certains secteurs, les choses ont été améliorées. Et il y en a d’autres où les choses ont été un peu ébranlées. Je m’attendais à ça. L’objectif de la réforme était d’arriver à mieux. J’ai bien confiance que les choses vont aller dans la bonne direction. » Il souligne que le gouvernement avait lui-même prévu la mise en place d’un mécanisme d’évaluation de la réforme, deux ans après son implantation.

Au cabinet de la ministre actuelle, Danielle McCann, on « constate les effets néfastes de la réforme des dernières années sur le réseau de la santé et sur le personnel – qui a été écorché. Nous travaillons à prendre soin du personnel, à réparer le réseau. Et à améliorer l’accès aux soins de première ligne pour les Québécois », déclare l’attaché de presse de la ministre, Alexandre Lahaie.

Des programmes affaiblis

Un exemple de ce qui a été affecté ? Le programme SIPPE, pour Services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance, est celui qui a été le plus touché par la réforme. Ce programme, qui existe depuis des années partout au Québec, permet de suivre, lors du dernier trimestre d’une grossesse, des familles particulièrement vulnérables, afin de prévenir des situations qui pourraient se retrouver dans la cour du Directeur de la protection de la jeunesse.

Concrètement, des infirmières se rendent à domicile visiter les familles et tentent de les outiller pour la venue de l’enfant et son éducation. Dans de nombreux pays du monde, ces services ont prouvé leur efficacité pour la prévention de la négligence et de la maltraitance.

« Les services du SIPPE ont été fortement affectés par les transformations, jugent les chercheurs. Il y a eu un roulement de personnel important au cours des trois dernières années, qui n’était pas toujours accompagné par une formation adéquate. » Pendant des mois, voire des années, les équipes de terrain n’ont eu aucun lien avec des équipes chargées de leur prodiguer du soutien et des conseils, qui, avec la réforme, ne relevaient plus des mêmes directions. « On observe une dérive vers une approche plus interventionniste et plus individualiste. »

2 % : Proportion du budget de la Santé du Québec qui est consacrée à la santé publique et à la prévention.

Autres victimes collatérales : les services de promotion de la santé et prévention en milieu scolaire. « Les activités sont de niveau très variable d’une région à l’autre. » Les répondants, précisent les chercheurs, ont l’impression que certains programmes en milieu scolaire « sont laissés à l’abandon ». Faute de personnel, les équipes en place dans les écoles – quand il y en a – doivent se consacrer aux programmes de vaccination et n’ont pas de place pour d’autres activités.

La formation du personnel en santé publique a également fortement diminué, notent les chercheurs. « On nous a donné l’exemple selon lequel les nouvelles ressources n’ont droit qu’à une formation en ligne de sept à dix heures alors que, précédemment, elles auraient été accompagnées pendant cinq jours par une professionnelle. »

SRAS

En 2004, après la crise du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), le rapport du médecin David Naylor avait recommandé qu’on renforce considérablement les mécanismes qui régissent la santé publique au Canada. Quinze ans plus tard, la santé publique a au contraire été « affaiblie et marginalisée » dans plusieurs provinces canadiennes, selon un récent éditorial de la Revue canadienne de santé publique.

Walkerton

En mai 2000, la petite ville ontarienne de Walkerton a été frappée par une épidémie de bactérie E. coli. C’était la pire de l’histoire canadienne. Sept personnes sont mortes et la moitié des 5000 habitants sont tombés malades après avoir bu de l’eau provenant du réseau de distribution de la municipalité. Une enquête a montré des failles importantes dans les mécanismes de vérification de la qualité de l’eau.

Disparités entre les provinces

« On note des disparités importantes entre les réseaux de santé publique dans les provinces canadiennes. Dans certaines provinces, comme au Québec, ils sont relativement forts. Ailleurs, comme dans les Territoires du Nord-Ouest, ce n’est pas le cas », affirmait l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2004.