Source ID:; App Source:
Exclusif

Des millions pour la médecine de précision au Québec

Quatre chercheurs québécois qui utilisent la génétique pour... (ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Quatre chercheurs québécois qui utilisent la génétique pour développer de nouveaux traitements des maladies raflent le gros lot.

ARCHIVES REUTERS

C'est aujourd'hui la journée mondiale de l'ADN, et les gouvernements provincial et fédéral en profiteront pour faire pleuvoir des dizaines de millions sur la recherche en génomique au Québec.

La ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, Dominique Anglade, annoncera aujourd'hui un investissement 20,8 millions pour accélérer les connaissances sur le génome humain et permettre de développer des thérapies personnalisées contre diverses maladies.

À cela s'ajoutera une somme de 22 millions du fédéral et de 18,7 millions en provenance de divers partenaires privés, pour un total d'une soixantaine de millions investis au Québec. 

Quatre chercheurs québécois qui utilisent la génétique pour développer de nouveaux traitements des maladies raflent le gros lot avec les investissements d'aujourd'hui. 

  • Dre Nada Jabado, de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, recevra 13 millions pour élaborer des traitements adaptés à la composition génétique des tumeurs pour les enfants atteints du cancer du cerveau. 
  • Dr François Rousseau, du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, recevra 12,2 millions pour le dépistage prénatal de certaines maladies génétiques réalisé directement à partir du sang de la mère. 
  • Dr Guy Sauvageau, de l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l'Université de Montréal, recevra 12,8 millions pour développer un traitement de précision contre la leucémie myéloïde aiguë, le type de leucémie qui touche le plus souvent les adultes. 
  • Pr Jacques Simard, du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, recevra 15,5 millions pour la prévention et le dépistage précoces du cancer du sein. 

Deux autres chercheuses québécoises, Bartha Knoppers, de McGill, et Ruth Sapir-Pichhadze, de l'Institut de recherche du CUSM, reçoivent aussi des fonds pour mener des projets de recherche pancanadiens.

Nada Jabado... (ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Nada Jabado

ARCHIVES LA PRESSE

«Ce sont des moyens absolument indispensables et nécessaires pour continuer sur notre découverte», a commenté à La Presse Dre Nada Jabado, dont l'équipe vient d'identifier une mutation génétique qui cause des cancers du cerveau chez les enfants. 

«Ces enfants, je les vois, je les traite. Chaque fois, je sais que c'est un arrêt de mort dans les deux à trois ans qui suivent. C'est très difficile. Pour la première fois, on a une piste, une porte de sortie, et cet argent va nous aider à la trouver encore plus vite», dit-elle. 

Dr Guy Sauvageau compte quant à lui utiliser les fonds pour savoir exactement quel patient répondra à quel traitement contre la leucémie. Il compte aussi développer de nouveaux traitements en collaboration avec l'entreprise pharmaceutique Bristol-Myers Squibb.  

«Ce sont des fonds importants qui nous permettent de poursuivre un projet que nous menons depuis une décennie», a-t-il commenté. 

L'annonce tombe 65 ans jour pour jour après la découverte de la structure en double hélice de l'ADN par James Watson et Francis Crick, le 25 avril 1953.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer