Le virus du Nil n'aura jamais autant infecté de gens au Québec depuis 10 ans. Dans son système de vigie sanitaire, la direction provinciale de la santé publique enregistre 34 cas confirmés ou probables d'infection. En comparaison, il y en avait eu 20 en 2002. Les régions les plus touchées cette année sont la Montérégie avec 11 cas et Montréal avec 10. La couronne nord n'est pas épargnée avec cinq personnes infectées à Laval et quatre cas probables dans les Laurentides.

Sara Champagne LA PRESSE

Au nombre de ces 34 infections, 4 cas ont été décelés à la suite d'un don de sang à Héma-Québec. Au moins cinq personnes ont souffert du virus au point de devoir consulter un professionnel de la santé. Le virus du Nil peut se traduire par des maux de tête graves et inhabituels, une forte fièvre, de la raideur au cou, de la confusion ou une faiblesse musculaire. Les personnes de plus de 50 ans ayant un faible système immunitaire sont plus à risque. Évidemment, comme l'hiver approche, la menace de se faire piquer par un moustique porteur du virus est moins inquiétante. Il n'en demeure pas moins qu'il n'existe aucun traitement ou vaccin contre ce virus.