Touchez pas à mon parc! Après les projets immobiliers Marianopolis et du 1420, boulevard Mont-Royal, critiqués pour le fait qu'ils nuiront au mont Royal, un autre parc fait l'objet d'inquiétudes: le parc Jarry où Tennis Canada et le poste de police PDQ 31 ont des projets d'expansion.

Éric Clément LA PRESSE

Dans les deux cas, il s'agit de constructions sur des stationnements actuels. «Pas un pouce de verdure disparaîtra», assure la mairesse de l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Anie Samson.

Le dossier a été évoqué lors du conseil municipal, lundi soir. François Touchette, président de la Coalition des amis du parc Jarry, a demandé des explications. «En avril 2008, Mme Fotopulos, responsable des grands parcs urbains au comité exécutif, nous avait signalé que le parc Jarry en était arrivé à un équilibre parfait entre le récréatif, le sportif et tout ce qui était bâti, a-t-il dit. Comment conciliez-vous le fait de dire à la population qu'il y a un équilibre parfait dans le parc Jarry alors qu'en 2009, on arrive à ces deux projets.»

Le conseiller Michael Applebaum, responsable des sports et loisirs au comité exécutif, a dit que «le nouveau projet de Tennis Canada respecte le plan directeur du parc Jarry» et qu'il est «très intéressant». Il consiste notamment à construire quatre courts de tennis en terre battue en lieu et place d'un stationnement situé près du stade Uniprix.

M. Touchette est aussi préoccupé par l'agrandissement de la galerie de presse du stade qui va nuire à la vue du mont Royal depuis le parc. À Tennis Canada, le porte-parole, Louis-Philippe Dorais, dit qu'Eugène Lapierre, le directeur du tournoi, va rencontrer la coalition pour la rassurer sur les effets de son projet.

Les retombées économiques du tournoi de tennis pour la Ville sont indéniables : près de 30 millions, selon Tennis Canada. Mais si l'événement grossit, ne serait-il pas temps de penser à un déménagement, la fréquentation augmentant année après année? D'autant qu'il ne manque pas de terrains sur l'île de Montréal. Selon M. Dorais, le projet de 12 millions actuellement sur la table est suffisant pour combler les besoins de Tennis Canada.

En ce qui concerne l'agrandissement du poste de police PDQ 31 projeté à l'angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Gounod, il est nécessaire à cause de la fusion de deux postes de police. L'agrandissement des locaux se fera sur un stationnement. Un bâtiment sur pilotis y sera construit.

Pour le Conseil régional de l'environnement de Montréal, les parcs ne sont pas des endroits à développer, la présence de stationnements est questionnable et encore plus celle d'un poste de police. «Devrait-on avoir un poste de police dans un parc? se demande Coralie Deny, directrice-adjointe de l'organisme. Ne devrait-on pas le déplacer? Quand on regarde une carte des espaces verts de Montréal, on voit une tache verte, mais dans les espaces zonés verts, il y a beaucoup d'infrastructures. Ce qui est vraiment vert, c'est loin d'être tout l'espace. On trouve ça dommage.»