Une nouvelle génération d'abribus fera graduellement son apparition à Montréal, au cours des cinq prochaines années. Conçus pour résister à nos hivers et bien éclairés pour dissuader les graffiteurs, les nouveaux modèles seront munis d'une technologie GPS permettant aux usagers de savoir où est rendu leur autobus. Un système de télésurveillance sera aussi intégré.

Sara Champagne LA PRESSE

Les élus de l'exécutif du maire Gérald Tremblay ont approuvé, mercredi, un emprunt de 14 millions afin d'acquérir 400 nouveaux abris qui seront installés à des arrêts névralgiques de la métropole. Après avoir étudié les abribus de Québec, de la France, des États-Unis et du Royaume-Uni, la Ville en est venue à la conclusion qu'une première commande coûterait 25 000$ par abribus, donc 2,5 millions. Avec l'installation et l'entretien, la somme s'élèvera à 3,4 millions pour 100 abribus.

En point de presse pour dévoiler la mise en service d'une nouvelle ligne express dans Saint-Michel, avec arrêts de courte durée au feu rouge, André Lavallée, responsable du transport à Montréal, a expliqué qu'un concours de design serait lancé pour concevoir un prototype dernier cri. Son acolyte, Michel Labrecque, nouvellement nommé à la présidence de la STM, a ajouté que les abribus devront résister au vent et aux papiers qui jonchent souvent les arrêts.

Au cours des prochaines semaines, les règles du concours seront établies en tenant compte de quatre priorités. Un: les abris devront être fabriqués avec un vitrage transparent, et il est prévu que certains soient dotés d'un éclairage solaire. Deux: ils devront être adaptés aux handicapés et aveugles. Trois et quatre: la nouvelle génération d'abris devra comprendre un système antivol du mobilier, notamment des bancs vissés au plancher. Et les concepteurs devront penser à une façon de démonter rapidement les abris pour laisser passer la voirie.

Avant de lancer le concours, l'équipe Tremblay compte par ailleurs tenir une consultation publique sur le projet. Il est également prévu de reconduire le partenariat avec l'entreprise de publicité CBS Affichage, pour 43 abribus, jusqu'en 2012. Montréal compte enfin sur une subvention de 2,5 millions de la part du Fonds d'investissement en transport collectif (FITC).

À Laval, on a déjà annoncé que 115 nouveaux abribus seraient installés pour rajeunir les installations. Le maire Gilles Vaillancourt fonde aussi beaucoup d'espoirs dans l'acquisition de trolleybus électriques. À ce sujet, André Lavallée a affirmé que ce moyen de transport a déjà été étudié par la Ville, qu'il n'est pas exclu, mais que le tramway peut accueillir davantage d'usagers à la fois.

André Lavallée n'a par ailleurs pas manqué de mentionner que le métro de Laval a entraîné la congestion de la ligne orange du métro, à Montréal. «De là l'importance de prolonger le métro vers l'Est, a-t-il ajouté. Et j'estime que si tous les ordres de gouvernements et partenaires enlignent leurs planètes on pourrait commencer à creuser le tunnel l'an prochain.»