(Lac-Mégantic) Une alliance qui regroupe des municipalités de la Montérégie et de l’Estrie désire procéder à une étude de faisabilité pour accentuer la sécurité des infrastructures du corridor ferroviaire qui sillonne les deux régions.

La Presse canadienne

L’annonce a été faite lundi à Lac-Mégantic, une ville qui fait partie de cette alliance, en marge de la commémoration du 7e anniversaire de la tragédie ferroviaire qui a fait 47 morts et détruit le centre-ville, le 6 juillet 2013.

L’Alliance du corridor ferroviaire Estrie-Montérégie (ACFEM) sollicitera l’appui financier et technique du ministère des Transports du Québec et confiera la responsabilité de l’étude à l’une des municipalités qui en font partie, la ville de Sherbrooke.

L’Alliance affirme que le Canadien Pacifique pourrait mettre ses experts à contribution pour la réalisation de l’étude.

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, soutient que depuis la tragédie de 2013, les municipalités traversées par des voies ferrées ont pris conscience de la proximité des réseaux ferroviaires avec leur communauté et souhaitent améliorer la cohabitation et la sécurité de tous.

Lundi, la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire (OESF) de Lac-Mégantic a envoyé une mise en demeure à Transports Canada et au ministre des Transports, Marc Garneau.

Elle dénonce l’état des rails dans la région de Lac-Mégantic et exige une inspection immédiate. Le porte-parole, Robert Bellefleur, affirme qu’une portion des rails, située entre Nantes et Lac-Mégantic, est très usée et située dans une courbe et dans une pente à l’entrée de Lac-Mégantic.

La voie de contournement pour éviter que les trains ne traversent Lac-Mégantic ne devrait pas être en place avant 2023.