Québec demande à Ottawa de délier les cordons de sa bourse et de verser 94 millions pour les travaux de prolongement de la route 138 en Basse-Côte-Nord, alors qu'un coup de pouce financier du fédéral est attendu depuis des lustres par le milieu régional.

Mis à jour le 23 janv. 2019
FANNY LÉVESQUE LA PRESSE

Les élus et chefs innus de la Côte-Nord ne rateront d'ailleurs pas l'occasion aujourd'hui de faire valoir leurs arguments au ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, qui est justement de passage à Sept-Îles. Une rencontre officielle «au sujet de la 138» doit avoir lieu à 10h30 dans la communauté innue d'Uashat.

Or, Québec a déjà soumis sa doléance au gouvernement libéral de Justin Trudeau en décembre dernier, a appris La Presse. Selon nos informations, le ministère des Transports réclame une aide de 94 millions pour l'achèvement des tronçons routiers reliant les villages de Kegaska à La Romaine et de Tête-à-la-Baleine à La Tabatière.

Québec prévoit intensifier à l'hiver ses activités sur ces deux portions précises, qui totalisent environ une quarantaine de kilomètres chacune. Le gouvernement de Philippe Couillard avait, faut-il le rappeler, réservé la somme de 232 millions dans le cadre financier du Plan Nord 2015-2020 pour le prolongement de la route 138.

«Un enjeu important»

Pas plus tard que lundi, lors d'une rencontre des ministres provinciaux des Transports à Montréal, le ministre François Bonnardel et son homologue de Terre-Neuve-et-Labrador, Nick McGrath, ont également décidé d'unir leurs voix pour convaincre Ottawa d'investir dans les travaux routiers et ainsi permettre de désenclaver tout l'est de la Côte-Nord.

«Le prolongement de la 138 est un enjeu important pour le développement économique du Québec et du Labrador», a affirmé hier l'attachée de presse du ministre Bonnardel, Sarah Bigras. Il faut comprendre que la route 138 s'arrête pour l'heure à Kegaska, à l'est de Natashquan. Aucun lien routier ne relie notamment Blanc-Sablon au reste du Québec.

Une route 138 achevée jusqu'à Blanc-Sablon raccorderait le réseau routier québécois à celui de Terre-Neuve-et-Labrador. C'est d'ailleurs l'argument du lien interprovincial que brandissent les maires et députés de la Côte-Nord depuis des dizaines d'années pour tenter de persuader Ottawa de participer financièrement au projet.

Le ministre a «hâte de discuter»

Dans une déclaration transmise en fin de journée hier, le ministre Champagne a confié à La Presse «avoir très hâte de discuter» aujourd'hui de la route 138 avec les élus locaux, sachant, écrit-il, «à quel point ce dossier est économiquement porteur pour la région». Selon nos informations, Ottawa serait plutôt favorable à l'idée à s'impliquer financièrement dans le projet.

La demande financière soumise par Québec est actuellement analysée, a confirmé le cabinet de M. Champagne. En novembre dernier, le ministre fédéral n'avait d'ailleurs pas fermé la porte à un possible investissement après avoir reçu la visite à Ottawa d'une délégation d'élus municipaux et de chefs autochtones de la Côte-Nord.

La demande de financement déposée par Québec n'implique que les projets de tronçon entre les villages de Kegaska et La Romaine et de Tête-à-la-Baleine et La Tabatière. Le tracé complet entre Kegaska et Blanc-Sablon est estimé à quelque 400 kilomètres et coûterait 1,5 milliard à construire, selon les plus récentes évaluations.

En juillet dernier, Ottawa a accepté d'injecter 183 millions dans la réfection de la route 389, aussi sur la Côte-Nord. Les sommes ont été puisées dans le Nouveau Fonds Chantiers Canada.

LE PROJET EN BREF :

Lien entre Kegaska et La Romaine : 4 kilomètres déjà construits; 46 kilomètres à construire

Lien entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière: 8 kilomètres déjà construits; 37 kilomètres à construire

Source : ministère des Transports du Québec