Source ID:cf76bec3-3ee5-4bb3-9260-bc5887006bc1; App Source:alfamedia

L'été des adieux au marché du Vieux-Port de Québec

Le marché du Vieux-Port... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Le marché du Vieux-Port

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Le bâtiment aurait besoin d'amour. La peinture est défraîchie. Les tables de pique-nique à l'extérieur ont connu de meilleurs jours.

Une fois transformé par la firme de l'architecte Pierre... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Une fois transformé par la firme de l'architecte Pierre Thibault, le Pavillon du commerce d'ExpoCité accueillera le Grand Marché de Québec

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Le marché du Vieux-Port... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Le marché du Vieux-Port

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

« Regardez là, il y a un vendeur de mocassins. Disons que si le marché allait super bien, on aurait un maraîcher à sa place », chuchote Hélène Gignac, devant son étal de confitures de l'île d'Orléans, en désignant du menton un voisin spécialisé dans les produits du cuir.

Et pourtant, en ce jeudi de septembre, plusieurs clients déambulent au marché public du Vieux-Port de Québec, le plus important de la capitale. Il y a des habitants du secteur, des gens venus de la Rive-Sud et beaucoup de touristes.

« Voici des fraises de l'île d'Orléans », annonce fièrement une dame dans un micro. Elle parle en anglais et mène une visite guidée du marché. Les touristes derrière elle opinent, et poursuivent leur exploration des courgettes de Neuville, des pommes de terre de l'île d'Orléans et du sirop d'érable de la Beauce.

DE « JOYAU » À « NAVET »

Le marché ouvert en 1987 a déjà été décrit par un de ses directeurs comme « un joyau à l'état brut ». Mais désormais, il est surtout présenté par la Ville comme un navet : vétuste, difficile d'accès et en perte de vitesse.

En mai prochain, si tout va selon l'échéancier, le marché va fermer. Un nouveau va ouvrir loin du Vieux-Québec, au nord du quartier Limoilou, face au Centre Vidéotron. Il s'agira d'un projet beaucoup plus grand, avec plus de 3000 espaces de stationnement, au croisement de deux autoroutes. La Ville prévoit y investir plus de 20 millions.

« Je connais bien le marché Jean-Talon à Montréal. C'est un des exemples qu'on veut suivre. Je pense que ce sera plus intéressant que Jean-Talon. »

- Régis Labeaume, maire de Québec, récemment, devant le conseil municipal

Mais la vision du maire ne fait pas que des heureux. L'un des plus ardents défenseurs du marché du Vieux-Port, le conseiller municipal Jean Rousseau, y fait ses emplettes depuis des années.

« C'est ici que le sirop d'érable est le moins cher à Québec et où on trouve le meilleur crabe », dit-il, presque en chuchotant, comme s'il était en train de révéler de précieux secrets.

Ce détenteur d'un doctorat en chimie physique a choisi de faire le saut en politique quand l'administration Labeaume a annoncé son intention de fermer le marché. C'était en 2015. Il était alors président du Comité des citoyens du Vieux-Québec.

Il a fait circuler une pétition. Il s'est ensuite présenté aux élections de novembre dernier. Il a été le seul candidat élu sous la bannière de Démocratie Québec, la formation politique qui se posait en une sorte de Projet Montréal de la capitale.

« Le marché, c'est la raison pour laquelle j'ai été élu. La candidate d'Équipe Labeaume devait défendre l'indéfendable », dit-il, parlant de la fermeture.

UNE PERTE POUR LE VIEUX-QUÉBEC

Le conseiller de Cap-aux-Diamants milite toujours pour le maintien du marché. Il pense que le nouveau et l'ancien pourraient cohabiter, ainsi que l'autre grand marché public de Québec, celui de Sainte-Foy.

« Le maire refuse de voir que ce marché-là ne porterait pas ombrage à son futur centre commercial alimentaire d'ExpoCité », lance-t-il, employant une formule qu'il aime répéter.

Selon lui, le maire a « sacrifié » le marché au profit de la zone autour du Centre Vidéotron. « Le maire pense à son héritage et tout ce qui va y porter ombrage ne mérite pas d'exister. Mais c'est absurde », tonne l'élu de l'opposition, qui rappelle que le marché accueille 1,2 million de visiteurs par année.

« Il y a des villes européennes avec 30 marchés publics. Au Québec, on en ouvre un peu partout. Alors pourquoi fermer ce marché aussi bien établi ? »

- Jean Rousseau, conseiller municipal

Lors de la séance du conseil municipal du 4 juillet dernier, M. Rousseau a fait un coup d'éclat fruitier : il a remis un casseau de fraises de l'île d'Orléans à tous les conseillers, avant de se lancer dans un plaidoyer pour la survie du marché du Vieux-Port.

Selon lui, la fermeture ne fera qu'exacerber la pénurie de commerces de proximité dans le Vieux-Québec. Près des vieux murs, il est en effet souvent plus facile de trouver un porte-clés en forme de castor qu'une carotte.

La population du secteur historique de Québec ne cesse par ailleurs de diminuer depuis 2001. Plusieurs facteurs expliquent cette baisse, mais la piètre offre de services est l'un d'eux, selon l'élu. Jean Rousseau juge que la solution de remplacement de la Ville qui consiste à ouvrir quelques étals en été dans le Vieux n'est pas suffisante. Le vieux marché est ouvert toute l'année.

Le maire de Québec est conscient de la déception de nombreux citoyens du secteur. En entrevue avec La Presse, il explique que, selon lui, le marché du Vieux-Port ne pouvait rester en activité sans des investissements importants.

« C'est dommage pour les habitants du quartier et je les comprends. Mais je suis le maire de toute la ville de Québec. Et si on doit investir des millions, il faut le faire au bénéfice du plus grand nombre, dit-il. Le nouveau marché sera au coeur de la ville géographiquement. Il sera beaucoup plus facile d'accès. Il y aura beaucoup plus de fréquentation. »

DES PRODUCTEURS DIVISÉS

Les producteurs et commerçants du marché sont divisés quant au déménagement. Une ligne de faille se dessine entre les maraîchers - qui semblent plus favorables au projet - et les vendeurs de produits fins ou transformés - qui y sont surtout défavorables.

« Moi, je vends des légumes et c'est bien beau, l'afflux de touristes, mais les touristes ne vont pas m'acheter une douzaine de blés d'Inde ! lance Marie-Millie Fiset, une productrice de 35 ans de Neuville. On manque de stationnements ici et ça affecte les ventes. »

Derrière son comptoir, le poissonnier Francis Tardif est moins ravi. « Plein de clients nous parlent du déménagement. Ils nous ont tous dit qu'ils n'iraient pas là-bas. Je n'ai rien entendu de positif, à part le parking », dit l'employé des Pêcheries Raymond Desbois, renommées pour leur crabe.

D'autres producteurs s'accrochent à l'espoir de meilleures ventes près du Centre Vidéotron. Elles sont déclinantes depuis un an dans l'ancien marché où les investissements ne se font plus. Au lieu des 160 places de stationnement actuelles, on parle de plus de 3000 à ExpoCité.

« C'est une vision du tout-à-l'auto », dénonce Jean Rousseau, qui se demande si les gens iront à vélo ou à pied au futur marché comme ils le font à l'heure actuelle au Vieux-Port. « On va continuer de se battre », promet-il.

LE FUTUR GRAND MARCHÉ DE QUÉBEC EN BREF

23 millions

L'investissement maximal prévu par la Ville de Québec pour son nouveau marché public est de l'ordre de 23 millions.

Pierre Thibault

La firme de l'architecte Pierre Thibault a remporté l'appel d'offres. Elle doit transformer le Pavillon du commerce d'ExpoCité, ancien lieu de foires agricoles qui accueille aujourd'hui le Centre Vidéotron et l'ancien Colisée. Le beau bâtiment ceinturé de colonnes date de 1923.

Le tramway

Le futur tramway de Québec doit comporter un arrêt au Centre Vidéotron, donc au Grand Marché, dès 2026.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer