Un groupe de droite anti-immigration n'a rassemblé qu'une vingtaine de manifestants samedi à La Malbaie, moins que les journalistes présents et beaucoup moins qu'un groupe de réfugiés vietnamiens aussi venus manifester.

Publié le 9 juin 2018
Gabriel Béland LA PRESSE

Le groupe Québec Libre en action est venu dénoncer la mondialisation, le G7 et prôner la souveraineté et la nationalisation « des banques et des entreprises qui s'occupent de nos besoins », a expliqué leur porte-parole, qui n'a pas voulu donner son vrai nom, mais se présente sous celui de John Hex.

Il a expliqué la faible mobilisation par un manque de temps.

Au même moment dans la « zone de libre expression », environ 150 manifestants d'origine vietnamienne dénonçaient la décision de Justin Trudeau d'inviter à La Malbaie le premier ministre du Vietnam.

Hong Bhan Bang, 65 ans, est un ancien réfugié qui a fait le voyage de Montréal pour manifester. « Pourquoi Trudeau a invité le premier ministre du Vietnam communiste pour parler d'environnement, alors qu'il est responsable de la pollution de 250 km de côte où les poissons morts flottent », a expliqué l'homme, en référence d'un désastre écologique survenu au Vietnam en 2016 et causé par une entreprise de Taïwan, Formosa.

En tout et pour tout, la zone de libre-expression aura tout au plus accueilli 250 manifestants en trois jours.