La mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, demande à la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, de mettre en place les conditions pour que les contribuables de sa ville puissent récupérer les millions de dollars volés par des gens trouvés coupables de gestes de collusion.

Publié le 25 nov. 2016
LA PRESSE CANADIENNE

La mairesse Cordato ajoute que les membres du Conseil municipal ont voté à l'unanimité en faveur de telles démarches.

La Ville réclame de l'argent à la firme d'ingénieurs Roche, Groupe-conseil, aujourd'hui Norda Stelo, de même qu'aux anciens maires Robert Poirier et Sylvie St-Jean, à la firme d'ingénieurs BPR Triax ainsi que l'ex-vice-présidente de Roche, France Michaud.

L'homme d'affaires Lino Zambito et sa firme Les Constructions Infrabec, de même que son père, Giuseppe Zambito, sont aussi visés.

Certaines des entreprises trouvées coupables d'avoir fraudé ont adhéré à un programme de remboursement volontaire, d'autres pas.

La mairesse Cordato demande l'autorisation ministérielle afin d'allonger les prescriptions légales. Elle croit que cela permettrait aux contribuables de Boisbriand de récupérer jusqu'à 10 millions de dollars, une somme qui, précise-t-elle, représente 20 % des 57 millions de contrats obtenus frauduleusement à Boisbriand durant 6 ans.