Des robots distribuent maintenant les médicaments aux patients du CHUM. Surnommés Samuel et Ulysse, les deux engins permettent d'éviter plusieurs erreurs d'ordonnance et de servir plus rapidement les patients. Jusqu'à l'an dernier, la distribution de médicaments au CHUM se faisait manuellement. L'ordonnance du médecin était acheminée aux pharmaciens de l'établissement, qui vérifiaient le contenu.

Ariane Lacoursière LA PRESSE

Des techniciens remplissaient ensuite manuellement de petits pots contenant les prescriptions. Les médicaments étaient envoyés aux étages, où les infirmières devaient manipuler les pots et saisir un à un les médicaments à servir aux patients. Chaque jour, 4000 ordonnances de médicament sont remplies au CHUM. Cette tâche colossale laisse place aux erreurs. Mais l'arrivée des robots a permis de «faire chuter de façon spectaculaire le nombre d'erreurs et leur sévérité «, selon le chef du département de pharmacie du CHUM, Denis Bois.

 

Dans le ventre d'Ulysse et Samuel

Tous les médicaments servis au CHUM sont aujourd'hui enveloppés dans des paquets individuels et entreposés dans le coeur d'Ulysse et Samuel. Une fois vérifiées par les pharmaciens, les ordonnances sont transmises aux robots, qui se chargent de rassembler les médicaments nécessaires en se fiant aux codesbarres des produits. Les techniciens ne manipulent plus les médicaments. Les ordonnances préparées sont déposées dans des cabarets au nom des patients et acheminées sur les étages dans un chariot automatisé. «Ces chariots sont comme des guichets automatiques. Les infirmières inscrivent le nom du patient pour qui elles veulent un médicament et le cabaret du patient se déverrouille «, explique M. Bois. «Les infirmières n'ont qu'à ouvrir la bonne porte et prendre un petit sachet. On n'a plus besoin de manipuler les médicaments. On gagne du temps», dit la directrice des soins infirmiers du CHUM, Danielle Fleury.

Diminuer la charge de travail

Alors que les infirmières manipulaient les médicaments de 50 à 60 minutes par jour, elles n'y consacrent plus que 30 minutes. «Ça diminue la charge de travail du personnel. Ça permet de donner plus de temps aux patients «, ajoute M. Bois. Autre changement important : les prescriptions acheminées aux étages sont maintenant renouvelées aux 24 heu res plutôt qu'aux 5 jours. «Il y a souvent des changements de prescriptions. Approvisionner les étages pour une plus courte durée permet de s'adapter plus facilement aux changements «, dit M. Bois. En tout, le projet a coûté 6,5 millions. Il est disponible sur les trois sites du CHUM. M. Bois explique que les robots n'ont pas d'impact sur la pénurie de pharmaciens en milieu hospitalier. «Les pharmaciens doivent toujours vérifier les prescriptions, dit-il. Mais les robots permettent vraiment de diminuer les risques d'erreurs professionnelles. «