La décision du ministère de la Santé d'intégrer le département d'ophtalmologie à l'intérieur des murs du futur CHUM, au lieu d'offrir les soins dans un centre médical spécialisé associé à l'hôpital (CMS-A) comme prévu, a suscité la grogne dans le milieu médical, hier. La volte-face du ministre de la Santé, Yves Bolduc compromet l'appui des médecins du CHUM au plan du futur hôpital, prévu ce soir.

Daphné Cameron LA PRESSE

Tour à tour hier, le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, le président du conseil des médecins dentistes et pharmaciens (CMDP) du CHUM, l'Association des médecins ophtalmologistes du Québec ainsi que le chef du département d'ophtalmologie du CHUM ont déploré ce changement de cap inattendu.

 

Lundi soir, un communiqué laconique diffusé par le ministère de la Santé a annoncé l'avortement du projet de construire deux centres externes consacrés aux soins en ophtalmologie, l'un affilié au CHUM, l'autre à l'hôpital de Saint-Jérôme, pour des raisons de coût et d'accessibilité. Pourtant, les deux initiatives semblaient sur les rails depuis des mois.

«Ce projet a été pensé, promu et favorisé par l'appareil gouvernemental jusqu'à cette semaine, a dénoncé le docteur Gaétan Barrette, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec. Je trouve déplorable que le gouvernement ait encouragé dans les deux dernières années des gens à construire des projets et qu'aujourd'hui, il leur tire le tapis de sous les pieds pour des raisons politiques et électoralistes.»

Engagement formel demandé

La Fédération des médecins spécialistes exige également que le gouvernement s'engage «formellement» à ajouter quatre salles d'opération dédiées à l'ophtalmologie aux 39 déjà prévues dans les plans du CHUM.

Hier, l'attachée de presse du ministre Bolduc a confirmé que les quatre salles d'opération allaient être construites.

L'Association des médecins ophtalmologistes du Québec ainsi que le chef du département d'ophtalmologie du CHUM ont toutefois accueilli cette promesse tièdement.

Ce soir, un millier de médecins du CHUM se prononceront sur le programme fonctionnel et technique (PFT) du futur hôpital. Concrètement, le PFT est le bon de commande qui définit en détail les installations physiques et organisationnelles nécessaires au fonctionnement du futur CHUM. Si le PFT est rejeté, le gouvernement pourrait difficilement procéder à l'appel de propositions avant la fin mars.

«Tant qu'on n'aura rien d'officiel de la part du ministre, c'est certain que les médecins vont être sur leurs gardes», a dit le nouveau président du CMDP, le Dr Paul Perrotte. «Les médecins sont favorables au CHUM du centre-ville. Sans cette nouvelle tuile, il y a deux jours, on aurait voté pour. Si le ministre ne se manifeste pas, ça risque d'avoir un impact sur la recommandation de vote que l'on va faire à nos membres.»

«C'est un gros morceau à ajouter en deux jours. Je pense que pour les médecins, ça soulève le doute sur l'intégrité du projet»,explique le Dr Jean-Daniel Arbour, président de l'Association des médecins ophtalmologistes du Québec (AMOQ).

«Je ne peux pas présumer du vote de tous les membres, mais je sais que la table des chefs du CHUM est en faveur du CMS-A», a dit le chef du département d'ophtalmologie du CHUM, Salim Lahoud.