Les forces policières canadiennes ont uni leurs efforts pour arrêter 57 individus, au cours de la dernière semaine, dans des affaires d'agressions sexuelles et de pornographie juvénile.

LA PRESSE CANADIENNE

De ce nombre, trois personnes ont été arrêtées dans la province de Québec, dont deux sur le territoire du Service de police de la Ville de Montréal, selon un porte-parole de la force policière montréalaise.

La Sûreté du Québec a également appréhendé un homme de 54 ans de Saint-Basile-le-Grand mardi dernier, qui a comparu le jour même pour faire face à des accusations de possession et de distribution de pornographie juvénile. Une perquisition effectuée dans la résidence du suspect a aussi permis de saisir du matériel pornographique.

Le Projet Salvo, le nom de l'opération qui a mené à ces arrestations, représente la plus vaste enquête sur l'exploitation sexuelle d'enfants dans Internet jamais tenue au Canada, ont indiqué les autorités de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en conférence de presse, jeudi.

La GRC a précisé que 23 enquêteurs spécialisés en haute technologie avaient participé au projet, durant lequel 71 mandats d'arrestation ont été émis. Plus de 100 accusations criminelles ont déjà été déposées et les autorités policières prévoient effectuer d'autres perquisitions, saisies et arrestations au cours des prochaines semaines, a fait savoir le chef Joe Buckle, de la GRC.

L'enquête a porté sur les internautes qui se retrouvent avec des personnes aux vues similaires pour échanger des images dans divers environnements en ligne, précise un communiqué de la GRC. Les suspects feront face à des accusations d'agressions sexuelles, de contacts sexuels ainsi que de possession, fabrication et distribution de pornographie juvénile.

Le Projet Salvo a réuni 35 services de police répartis dans l'ensemble du pays, et ceux-ci ont saisi plus de 130 ordinateurs, des «dizaines et dizaines» de disques durs et des «milliers et milliers» de disques compacts ou autre matériel de mémoire pour ordinateur, notamment.

Les images et vidéos en ligne représentent des victimes réelles - des enfants réels, qui ont été abusés sexuellement, a ajouté l'agent Derek Egan, du service de police de Saanich, en Colombie-Britannique.

«Ces arrestations sont importantes pour de nombreuses raisons: le partenariat, le nombre d'arrestations et le message qu'elles portent au grand public, a affirmé l'agent Egan. Malgré les statistiques, rien ne nous dissuadera dans notre volonté de protéger les enfants et de faire de l'Internet un réseau sûr pour tous.»

Lianna MacDonald, directrice générale du Centre canadien de protection de l'enfance (CCPE), a déclaré que ces arrestations et saisies mettaient en évidence l'ampleur du problème de l'exploitation sexuelle des enfants, et que «les Canadiens devaient se réveiller et reconnaître que ce fléau grandissant affecte tous nos enfants».

Dans la foulée de ces arrestations, le CCPE a annoncé le lancement d'une trousse de prévention de la maltraitance sexuelle infantile.