La Gendarmerie royale du Canada (GRC) présentera pour la première fois à la population ce mercredi, à Montréal, certains de ses services destinés à stimuler son recrutement de cadets issus du Québec.

LA PRESSE CANADIENNE

Parmi les 13 provinces et territoires du Canada, le Québec est l'une des deux seules juridictions où la GRC n'assure pas la patrouille du territoire n'étant pas desservi par les policiers municipaux. Le corps policier national estime que ce manque de visibilité lui nuit dans le recrutement de Québécois pour occuper l'une ou l'autre des 150 fonctions différentes qu'elle offre à de futurs policiers ou à des civils.Un diplôme d'études secondaires (DES) ou de 12e Année suffit pour devenir policier à la GRC. Cependant, plusieurs étapes composent le processus de sélection: examen écrit, test polygraphique, enquête sur les antécédents et examen de condition physique, en outre.

Les candidats doivent être âgés d'au moins 18 ans mais il n'y a pas d'âge maximal raisonnable. Les gens ayant reçu un pardon après la commission d'un acte criminel sont les bienvenus, à condition que le crime n'ait pas été trop grave.

Les candidats retenus devront se soumettre à une formation de 24 semaines à l'école de la GRC, en Saskatchewan, avant de suivre un stage pratique de quelques mois. Au moment d'atteindre le premier grade de la hiérarchie, ils devront s'attendre à ce que ce soit la direction du corps policier qui décide à quel endroit du Canada ils entreprendront leur carrière.

La GRC, qui compte 20 000 policiers, assure qu'après trois ans de service comme gendarme, le salaire de base annuel atteint 74 000 $.

Environ 80 pour cent des employés de la Gendarmerie sont des policiers, mais les autres sont des civils. Ils occupent surtout des postes en comptabilité, pour le service du contentieux, en communications, en électronique, en informatique et au laboratoire judiciaire. Les exigences académiques auxquelles ils ont été soumis sont toutefois plus élevées que pour les candidats gendarmes.

Mercredi, les intéressés pourront rencontrer, entre 18h00 et 20h30, des membres d'équipes antidrogue, de l'escouade antibombe et du groupe tactique d'intervention, notamment. L'événement aura lieu à l'édifice que la Défense nationale possède au 3525 de la rue Saint-Jacques.