Le vieillissement de la population canadienne s’intensifie, confirment les données du recensement de 2021 rendues publiques mercredi. Et pour la première fois, celles-ci permettent de brosser un portrait de la diversité de genre au pays. Aperçu des faits saillants de l’enquête de Statistique Canada.

Publié le 28 avril
Frédérik-Xavier Duhamel
Frédérik-Xavier Duhamel La Presse

Un sur cinq

Proportion de Québécois âgés de 65 ans et plus en 2021 (20,6 %), soit un peu plus que dans la population canadienne (19 %), où leur nombre s’est accru entre 2016 et 2021. « C’est certainement un facteur expliquant les pénuries de main-d’œuvre que connaît actuellement le Canada », a affirmé Laurent Martel, directeur de la division de la démographie à Statistique Canada, en conférence de presse mercredi.

Les gens de ce groupe d’âge demeurent « plus longtemps en bonne santé, actifs et engagés », note Statistique Canada. La professeure Amélie Quesnel-Vallée, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en politiques et inégalités sociales de santé à l’Université McGill, y voit cependant deux tendances opposées. « D’un côté, cette génération est en moyenne plus riche […] plus active, et [ses membres] fument et boivent moins que les générations précédentes », a-t-elle expliqué par courriel. « Par contre, ils ont également un indice de masse corporelle […] beaucoup plus élevé », un indicateur « imparfait », a-t-elle souligné, mais associé à des maladies chroniques comme le diabète.

La distribution inégale de ces caractéristiques dans la population fait en sorte qu’« il y a lieu de se préoccuper des inégalités sociales de santé qui pourraient vraisemblablement atteindre des sommets jamais vus », a prévenu la chercheuse.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, ARCHIVES COLLABORATION SPÉCIALE

Plus de 20 % des Québécois sont âgés de 65 ans et plus.

9540

Nombre de centenaires au Canada en 2021. Les Canadiens âgés de 85 ans et plus sont aussi de plus en plus nombreux. « Ces tendances pourraient avoir des impacts considérables, notamment sur les systèmes de santé partout au Canada, sur les soins à domicile […] sur les politiques encadrant la fin de vie et sur l’organisation même de nos milieux de vie », a avancé M. Martel. « L’immigration rajeunit la population canadienne, mais cela est insuffisant pour inverser le processus de vieillissement démographique », peut-on lire dans le communiqué de Statistique Canada.

Lisez le communiqué de Statistique Canada

PHOTO IAN WILLMS, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Le Nunavut est la région la plus jeune du pays.

Un tiers

Proportion d’enfants de moins de 15 ans au Nunavut (32,8 %), de loin la région la plus jeune du pays. Le vieillissement de la population montre des différences géographiques importantes. Il est plus intense et plus rapide dans les provinces de l’Atlantique – Terre-Neuve-et-Labrador au premier chef –, tandis que celles des Prairies sont les seules où le nombre des moins de 15 ans dépasse encore celui des 65 ans et plus. Au Québec, 16,4 % de la population est âgée de moins de 15 ans, reflétant la moyenne canadienne (16,3 %).

PHOTO GETTY IMAGES

Les millénariaux devraient surpasser en nombre les baby-boomers en 2029.

2029

Année où les millénariaux – nés entre 1981 et 1996 – devraient surpasser en nombre les baby-boomers – aujourd’hui âgés de 56 à 75 ans –, qui « représentent toujours à l’échelle nationale la génération la plus nombreuse au Canada », a observé M. Martel. Les 65 ans et plus sont d’ailleurs « de plus en plus un groupe économiquement et politiquement influent », souligne Statistique Canada. Née entre les baby-boomers et les millénariaux « la génération X n’a jamais été et ne sera jamais la génération la plus nombreuse au sein de la population canadienne », a ajouté le directeur de la division de la démographie.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Quelque 0,23 % de Québécois s’identifient comme transgenre ou non binaire.

1 sur 435

Proportion de Québécois âgés de 15 ans et plus qui s’identifient comme transgenres (0,14 %) ou non binaires (0,09 %) en 2021. Il s’agit des plus faibles proportions au pays, alors qu’ils représentent 0,33 % de la population canadienne. Cette différence s’expliquerait notamment par le fait que le Québec compte des villes dont la population est plus âgée, comme Drummondville et Saguenay. Un peu plus de la moitié des personnes transgenres et non binaires (52,7 %) vivent dans l’un des six plus grands centres urbains du Canada, soit Toronto (15,3 %), Montréal (11,0 %), Vancouver (10,8 %), Ottawa–Gatineau (5,6 %), Edmonton (5,4 %) et Calgary (4,5 %).

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Les personnes transgenres ou non binaires sont plus nombreuses parmi les membres de la génération Z.

0,79 %

Proportion de personnes transgenres ou non binaires parmi les membres de la génération Z au Canada en 2021, soit encore plus que chez les millénariaux (0,51 %) et de trois à sept fois plus que chez les générations précédentes (0,12 % à 0,19 %). La possibilité d’indiquer une identité de genre qui diffère du sexe à la naissance – une première dans le recensement – représente « un évènement louable et notable » pour la recherche démographique, « mais aussi pour les Canadiens en général qui obtiendront désormais des informations qui reflètent mieux la population canadienne réelle au lieu de forcer la population dans des cases », a déclaré la professeure Sarah Brauner-Otto, directrice du Centre on Population Dynamics de l’Université McGill.

« L’acceptation et la compréhension de la diversité de genre et de la diversité sexuelle ont évolué au fil des années », note Statistique Canada, de sorte que « les jeunes générations peuvent se sentir plus à l’aise que les générations plus âgées de déclarer leur identité de genre ». Malgré cela, l’agence fédérale souligne que d’autres enquêtes ont montré que les personnes transgenres ou non binaires déclarent avoir une moins bonne santé mentale que la population cisgenre.

Consultez le document Combler les lacunes dans les données sur la diversité de genre au Canada

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Le nombre d’appartements est à la hausse au Canada.

41 %

Ratio de logements qui sont des appartements au pays en 2021, « une proportion qui est à la hausse depuis quelques recensements », a déclaré M. Martel, montrant une tendance à la densification alors que la catégorie des immeubles de cinq étages ou plus a crû le plus rapidement. Cela dit, « l’étalement urbain se poursuit dans ce pays et, oui, les maisons individuelles sont toujours le type de logement dominant », a-t-il toutefois souligné. Des informations plus détaillées sur le logement seront publiées par Statistique Canada en septembre.