(Ottawa) Le chef de la Défense du Canada affirme que la protection de la région arctique du pays est une priorité pour les forces armées. Il a averti que la Russie a réoccupé des bases abandonnées de la guerre froide dans son Grand Nord.

Mis à jour le 10 mars
Marie Woolf La Presse Canadienne

Le général Wayne Eyre souligne que la défense du flanc nord de l’OTAN est une préoccupation majeure pour l’armée canadienne.

La menace d’une incursion russe dans l’Arctique canadien depuis le Nord est très faible pour le moment, mais elle ne pourrait pas être exclue dans les décennies à venir, selon le général Eyre.

S’exprimant lors d’une conférence sur la défense à Ottawa, le chef d’état-major a déclaré que l’Arctique canadien est potentiellement vulnérable en raison de sa population clairsemée et de son manque d’infrastructures.

Il dit que montrer que l’armée canadienne peut combattre et opérer dans des conditions extrêmes aux confins de son territoire a un effet dissuasif et peut faire réfléchir un agresseur à deux fois.

M. Eyre dit que l’agression non provoquée de la Russie contre l’Ukraine a donné une nouvelle énergie à l’OTAN, mais l’insouciance de Vladimir Poutine a fait du monde un endroit beaucoup plus dangereux.

Le recrutement est une priorité

La vice-cheffe d’état-major de la Défense du Canada indique pour sa part que les Forces armées se lancent dans une campagne de recrutement numérique pour augmenter le nombre de militaires.

La lieutenante-générale Frances Allen a déclaré lors d’une conférence internationale sur la défense à Ottawa que la priorité était de reconstruire la capacité des Forces armées et que, pour ce faire, elles corrigeront « de nombreux défauts » du processus de recrutement.

Elle a dit que le recrutement serait davantage basé sur le numérique et conçu pour communiquer rapidement avec les personnes qui ont manifesté un intérêt pour les Forces armées.

Elle a ajouté que la campagne de recrutement se concentrerait sur les compétences dont les Forces armées canadiennes ont besoin, et qu’il était également important de retenir les membres actuels.

La lieutenante-générale Allen a noté qu’un changement de culture était en cours, ce qui permettra aux gens de « faire de leur mieux » sans se sentir « un étranger » ou « un autre ».

Situation en Biélorussie

Le général Eyre a pris la parole jeudi lors de l’évènement de l’Institut de la Conférence des associations de la défense, comme Sviatlana Tsikhanouskaya, cheffe de l’opposition exilée de la Biélorussie.

Mme Tsikhanouskaya a revendiqué la victoire au premier tour sur Alexandre Loukachenko lors de l’élection présidentielle biélorusse de 2020, après avoir pris la place de son mari, qui était détenu.

Elle a contesté l’élection éventuelle de M. Loukachenko, qui est un proche allié du président russe Vladimir Poutine. Il a permis en Biélorussie de faciliter l’invasion de l’Ukraine par M. Poutine, en laissant les troupes russes se positionner le long de la frontière.