(Ottawa) Ils sont maintenant 373 Canadiens à vouloir quitter la province chinoise de Hubei, où on a imposé une quarantaine pour éviter la propagation du coronavirus. Cependant, le premier vol de rapatriement devant partir jeudi soir de Wuhan ne prendra que 211 d’entre eux.

Lina Dib
La Presse canadienne

Le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne a offert une mise à jour de la situation, mercredi en fin d’avant-midi, à Ottawa.

Il a confirmé le retard annoncé du premier vol qui partira au moins 24 heures plus tard que prévu. Il a également expliqué pourquoi seulement 211 Canadiens pourront embarquer dans cet appareil qui peut contenir 250 passagers.

« Il faut comprendre. […] Pour pouvoir décoller, il faut fournir le manifeste 24 heures avant aux autorités chinoises. Donc il vient un moment où on doit cristalliser le nombre de passagers », a justifié le ministre Champagne.

PHOTO HENRY NICHOLLS, REUTERS

François-Philippe Champagne

Seules les personnes dont les noms sont sur ce manifeste sont donc invitées à se présenter à l’aéroport de Wuhan jeudi à 17 h, heure locale.

« On a une option sur un deuxième appareil », a rappelé le ministre Champagne. « On travaille déjà sur le manifeste du deuxième [vol] », a-t-il assuré. Il espère aussi que les avions de certains pays alliés qui rapatrient leurs ressortissants offriront des sièges aux Canadiens.

Les Américains prendront des Canadiens

Un avion américain a déjà accepté de prendre à son bord « quelques douzaines » de Canadiens. Cet appareil quittera Wuhan quelques heures après le départ du premier vol canadien. Les Américains déposeront les passagers canadiens à Vancouver. De là, ceux-ci seront transférés vers la base militaire de Trenton, en Ontario, où ils rejoindront les autres évacués durant une quarantaine de 14 jours.

Le premier ministre Justin Trudeau a expliqué que la fenêtre offerte par les autorités chinoises pour que se pose à Wuhan l’avion affrété par le Canada est limitée.

« Malheureusement, à cause de la météo, on n’a pas pu décoller de Hanoï hier soir », a relaté M. Trudeau à son arrivée à la réunion de son caucus, mercredi matin.

« On a un retard d’une journée. Mais on espère rapatrier ces familles-là pour vendredi matin. […] On continue de faire tout ce qu’on peut pour les garder en sécurité et pour les ramener bientôt », a-t-il assuré.

L’avion retenu par le Canada était donc toujours au Vietnam, mercredi.

« On a manqué la fenêtre par environ quatre heures à cause des vents », a précisé le ministre Champagne. « Les rapatriements se font la nuit parce que le jour, […] ils utilisent l’espace aérien pour amener des denrées et aussi du personnel médical à Wuhan », a-t-il ajouté.

Myriam Larouche, une étudiante québécoise de 25 ans se trouvant actuellement à Wuhan, a été avertie du retard par l’ambassade du Canada à Pékin.

Le courriel qu’on lui a envoyé indique que le retard est « dû à des circonstances indépendantes de la volonté du gouvernement du Canada ».

Rappel de l’avis aux voyageurs

Ottawa maintient son avis aux voyageurs d’éviter tout voyage dans la province de Hubei. On maintient aussi le conseil d’éviter tout voyage non essentiel dans l’ensemble de la Chine.

Le ministre Champagne a tenu à insister sur un dernier conseil qu’il a répété deux fois : « Nous conseillons aux Canadiens dont la présence en Chine n’est pas essentielle de partir par des moyens commerciaux tant qu’ils restent disponibles », a-t-il déclaré.