(Ottawa) Une enquête menée il y a un peu moins d’un mois au Canada indique que les cyberincidents sont nombreux pendant la pandémie de COVID-19 et que de nouvelles attaques liées directement à l’information sur le coronavirus sont perpétrées.

La Presse Canadienne

Une compilation des résultats publiée mercredi par Statistique Canada précise que 42 % des répondants ont subi au moins un type d’incident de cybersécurité depuis le début de la pandémie, y compris des attaques d’hameçonnage, des logiciels malveillants, de la fraude et des comptes piratés.

Des attaques d’hameçonnage ont été perpétrées contre 34 % des répondants depuis le début de la pandémie. Il s’agit d’un type spécifique de pourriel ciblant des individus dans l’intention de frauder le destinataire.

À propos, 14 % des répondants ont indiqué avoir subi au moins une attaque d’hameçonnage liée aux résultats d’un test de dépistage pour la COVID-19, à un remède potentiel contre le virus ou à la Prestation canadienne d’urgence (PCU) qui a été versée aux bénéficiaires jusqu’à tout récemment.

Parmi les répondants qui ont indiqué avoir vécu au moins un incident de cybersécurité, 36 % ont subi une perte à cause de l’incident. Du nombre, 87 % ont dit avoir perdu du temps, 13 % une perte de données et 13 % une perte financière.

L’enquête de Statistique Canada révèle que 29 % des Canadiens ayant vécu un incident de cybersécurité pendant la pandémie l’ont signalé, surtout auprès de l’entreprise par l’entremise de laquelle l’incident s’est produit ou à une société de carte de crédit ou une institution financière. À peine 5 % des victimes d’incident l’ont déclaré à la police ou au Centre canadien pour la cybersécurité.

L’agence fédérale a noté lors de son enquête une sensibilisation accrue à la protection de la vie privée, surtout chez les jeunes Canadiens, 75 % des répondants de 15 à 34 ans ayant augmenté ou maintenu leur utilisation de l’authentification multifactorielle, comparativement à 39 % des 65 ans et plus.

Les Canadiens ont également pris des mesures précises pour se protéger lorsqu’ils magasinent en ligne. En effet, 47 % de ceux qui ont fait des achats en ligne n’ont pas permis aux sites Web de conserver les renseignements relatifs à leurs cartes de crédit et 26 % ont utilisé un système de paiement tiers pour effectuer un achat.

Sans surprise, l’enquête a démontré que les Canadiens passent plus de temps devant un écran pendant la pandémie et que depuis le début de la crise, leurs dépenses en ligne consacrées aux technologies numériques ont été plus élevées.

La collecte des données pour cette enquête de Statistique Canada s’est déroulée du 14 au 20 septembre.