(Ottawa) Une campagne nationale visant à inciter les étudiants de niveau postsecondaire à voter est lancée mercredi, dans l’objectif de maintenir les gains de participation aux scrutins parmi les électeurs les plus jeunes du pays.

La Presse canadienne

L’Alliance canadienne des associations étudiantes (ACAE), en collaboration avec une trentaine d’associations étudiantes, organisera des événements et des débats avec tous les partis et se rendra sur le terrain avec des équipes pour s’assurer que les étudiants iront voter le 21 octobre.

L’ACAE avait mené une campagne similaire pour l’élection de 2015, mais cette fois-ci, elle multiplie les efforts pour inclure des rappels numériques de vote par le biais de courriels et de SMS aux étudiants qui demandent les alertes.

Lors de sa première campagne, quelque 42 000 étudiants avaient informé l’association de leur intention de voter — un nombre que le groupe espère améliorer, cette fois-ci avec l’aide de 36 associations de campus.

Les efforts de l’ACAE, entre autres lors de la dernière campagne électorale, ont entraîné une augmentation de la participation des jeunes électeurs.

Statistique Canada a indiqué dans un rapport de 2016 que le taux de vote des Canadiens âgés de 18 à 24 ans avait augmenté de 12 points de pourcentage entre les élections de 2011 et de 2015, soit une plus forte hausse que celle des électeurs plus âgés.

Le message de cette campagne est que la génération du millénaire peut avoir une influence significative sur l’issue des élections et garantir que les partis n’ignorent pas leurs problèmes et leurs besoins, à condition que les jeunes s’impliquent.

L’association espère que la promesse de voter faite à un pair poussera les jeunes électeurs à se présenter le jour du scrutin.

Selon Statistique Canada, les millénariaux représentent environ 27 % de la population, soit la plus grande génération de Canadiens et une cohorte qui façonnera le pays et sa politique au cours des trois prochaines décennies — ce qui n’est pas si différent de l’influence que leurs parents, les baby-boomers, ont eue au cours des trois décennies précédentes.

« Les membres de la génération Y représentent le plus grand bloc électoral cette fois-ci. Les étudiants et les jeunes peuvent donc avoir un impact considérable sur cette élection fédérale. Nous voulons nous assurer que les étudiants savent qu’il est facile de voter et que leur vote compte », a déclaré le président de l’association, Adam Brown, étudiant à l’Université de l’Alberta.