(Pikangikum) L’évacuation des habitants de la Première Nation de Pikangikum, dans le nord-ouest de l’Ontario, a repris, jeudi, alors qu’un incendie de forêt à proximité prenait de l’ampleur.

La Presse canadienne

Selon le ministère ontarien des Richesses naturelles, Red Fire 39 s’étendait jeudi matin sur plus de 507 kilomètres carrés, soit plus que la superficie de la ville de Québec.

Les équipes installaient des tuyaux d’alimentation en eau sur les flancs est et nord-ouest du brasier, et des gicleurs étaient installés au sud-ouest de la communauté ojibwée.

L’évacuation par terre et par eau des 3800 résidents de Pikangikum avait été suspendue en raison du manque de locaux pour les accueillir. La Saskatchewan a accepté mercredi d’accueillir jusqu’à 2000 personnes.

Pour Alvin Fiddler, grand chef de Nishnawbe Aski, un regroupement de Premières Nations du nord de l’Ontario, il s’agit d’un soulagement pour les résidents qui ne savaient pas où ils se retrouveraient.

Les Forces armées canadiennes affirment que plus de 1350 personnes ont déjà été évacuées de Pikangikum par avion.