Des renforts en provenance du Nouveau-Brunswick ont afflué vers le Québec cette fin de semaine pour épauler les travailleurs d'Hydro-Québec qui s'affairaient à rétablir le courant chez des centaines de milliers d'abonnés.

LA PRESSE CANADIENNE

Jusqu'à 560 000 foyers ont été privés d'électricité, à la suite d'orages violents qui ont secoué le sud du Québec vendredi et la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean samedi.

De l'aide de l'extérieur de la province a été requise, puisque de nombreuses portions du réseau ont été lourdement endommagées et devaient être reconstruites.

Une tornade aurait frappé le Nouveau-Brunswick dans la région du Grand Lac

Une tornade s'est abattue sur trois municipalités dans le centre du Nouveau-Brunswick, samedi, causant certains dommages mineurs.

Trois municipalités au centre du Nouveau-Brunswick, Grand Lac, Cambridge Narrows et Jemseg ont été frappées par une tornade, en soirée.

De 19 h 46 à 20 h 26, un avertissement de tornade d'Environnement Canada a été en vigueur dans la région, qui se trouve à une centaine de kilomètres à l'est de Fredericton.

Des résidants de la région ont rapporté que des arbres ont été déracinés et qu'une grange a été détruite quand la tornade a balayé la région.

Aucune blessure n'a été rapportée.

Selon Bob Robichaud, météorologue à Environnement Canada, un front froid s'est combiné à la masse chaude, humide et instable qui recouvrait la province, incitant les responsables à émettre un avis de tornade lorsqu'ils ont constaté la rotation sur leurs radars.

«Nous ne pensons pas qu'il s'agit d'une tornade de catégorie F2», a-t-il ajouté. «Nos analyses préliminaires semblent indiquer que ce serait plutôt de catégorie F0 ou F1.»

Les météorologues se servent de l'échelle de Fujita pour classer les tornades selon leur intensité. Celles de catégorie F0, les plus faibles et les plus fréquentes, impliquent des vents de 60 à 120 km/h. Elles peuvent entraîner des dégâts légers, comme des dommages à des cheminées, des arbres et des antennes de télévision.

Les tornades de la catégorie F1 sont un peu plus puissantes, leurs vents soufflant entre 120 et 180 km/h. Elles sont capables de renverser des automobiles et de déraciner certains arbres.

Selon M. Robichaud, les tornades sont plus fréquentes au Nouveau-Brunswick que dans les autres provinces des Maritimes.

«Il peut y avoir une, deux et même trois tornades par année dans la province. La plupart ont lieu dans le nord-ouest ou dans le sud de la zone centrale. Elles sont beaucoup moins probables dans le nord-est.»

Le météorologue d'Environnement Canada ne prévoit pas d'autres tornades à court terme. Les prévisions météorologiques des prochains jours annoncent des journées plutôt sèches, ce qui est moins propice à la formation de tornades.

Environnement Canada mène toujours une enquête afin de déterminer tous les détails entourant la tornade. Une équipe sera sur les lieux lundi.