Dernière ligne droite pour la 29e édition de l'Opération Nez rouge. À quelques heures des festivités du Nouvel An, le moral des troupes est plus haut que jamais et les dernières heures seront à la fête pour l'équipe. Pour l'instant, tout indique que la saison 2012 a été des plus populaires.

Ewan Sauves LA PRESSE

«La machine a été mise en route, donc le plus dur est derrière nous, s'est exclamée avec enthousiasme la porte-parole Aurélie Lévy. Ce soir sera une soirée de fête autant pour les Québécois à l'extérieur que pour les Québécois qui seront dans notre centrale.»

Les centaines de bénévoles de l'Opération Nez rouge ramèneront, ce lundi soir, et pour la dernière fois de l'année, les automobilistes qui auront pris un verre de trop. Pour la campagne, il s'agit d'une période très achalandée à ne pas sous-estimer, où plus de 3000 raccompagnements sont généralement recensés.

Une édition réussie, malgré la météo

Pour Aurélie Lévy, l'Opération Nez rouge a une fois de plus prouvé sa raison d'être. Fondée en 1984, cette campagne suscite l'engouement du public, notamment depuis les années 2000.  

«Heureusement, mais malheureusement aussi, on est très stable, année après année, a expliqué la porte-parole. Les gens ont besoin de nous, on a vraiment atteint un plateau en terme d'efficacité.»

Demain, une fois la 29e édition terminée, il sera toutefois trop tôt pour connaître le nombre final des raccompagnements effectués. Ce qui est certain: les conditions météorologiques ont mis des bâtons dans les roues à l'opération.

«Elles sont tellement particulières que je ne vais pas faire des pronostics. Une tempête peut encore tomber sur notre tête et changer le déroulement de la soirée», a lancé Mme Lévy à la blague.

Un bilan sera présenté à Québec le 3 janvier.

Bénévoles recherchés

Pour faire face à ce dernier bombardement d'appels, l'implication bénévole est de mise et il n'est pas trop tard pour s'inscrire, a ajouté Aurélie Lévy.

«C'est un moment charnière. Les gens sont souvent en dehors de leur ville de résidence, alors on invite la population à se mobiliser, parce qu'ils peuvent encore s'inscrire et devenir bénévoles dans les grands centres urbains.»

Et pour ceux qui craignent pour leur sécurité en ce réveillon, la porte-parole est catégorique: aucun débordement des clients n'est toléré.

«C'est pour cela que nos bénévoles sont toujours trois, pour ne pas être seuls devant une problématique, a-t-elle indiqué. On leur dit aussi que si leur sécurité est menacée, on va se débrouiller avec une compagnie de taxi pour assurer le raccompagnement.»