Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et le Service de police de la Ville de Saint-Jérôme cherchent à identifier des victimes potentielles d'un ambulancier à l'emploi du service Urgences-santé qui aurait agressé sexuellement ses victimes lors de leur transport en ambulance.

Publié le 6 juill. 2018
Fanny Lévesque LA PRESSE

Sylvain Depairon a été accusé le 5 juillet dernier dans deux dossiers d'agressions sexuelles, survenues entre les mois de juin et de novembre 2017. Les agressions présumées se seraient produites alors que l'homme était responsable du transport des victimes sur le territoire de Montréal et, dans l'un des deux cas, lors d'un trajet de la métropole vers Saint-Jérôme.

Les autorités ont des raisons de croire qu'il aurait pu faire d'autres victimes.

L'homme est demeuré détenu après sa comparution par visioconférence au palais de justice de Montréal, jeudi.

Toute personne qui aurait été victime de Sylvain Depairon peut communiquer avec le 911 ou se rendre au poste de police de son quartier pour déposer une plainte officielle.

L'enquête menée par le SPVM se déroule dans le cadre de la coordination provinciale de la Gestion des enquêtes des crimes en série. Ces enquêtes sont coordonnées par la Direction des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec et prévoient la mise en commun des ressources policières.La Corporation des paramédics réagit

La Corporation des paramédics du Québec a affirmé que des accusations de cette nature « interpellent et ébranlent » toute la communauté paramédicale « car elles s'opposent aux valeurs fondamentales qui habitent les paramédics du Québec ».

La corporation a confirmé avoir été informée de l'arrestation de Sylvain Depairon, qui cumule « plusieurs années de service » au sein d'Urgences-santé. L'homme a été suspendu avec solde en « attente du dénouement des accusations », ajoute l'organisme saluant l'intervention de l'employeur et le travail du commissaire aux plaintes dans ce dossier.