Les deux demi-frères Israël qui ont été retrouvés par la police de Laval dans la nuit de vendredi à samedi ne seront pas rencontrés par les enquêteurs avant la semaine prochaine.

Stéphanie Bérubé LA PRESSE

«Il s'agit d'une fugue», confirme la porte-parole du corps policier, Évelyne Boudreau. Elle explique aussi que les deux jeunes n'ont pas résisté lors de l'intervention des agents, mais «que ça ne leur tentait pas beaucoup» de retourner dans leurs lieux de résidence.

Jean Michael Israël, 15 ans, et Jean Gabriel Israël, 13 ans, n'avaient pas été revus depuis leur sortie de l'école, le 23 mars dernier.  C'est l'appel d'un citoyen, peu avant minuit vendredi, qui a permis de les retrouver dans une résidence de Laval.

Ils étaient en présence d'adultes, mais la police ne veut pas donner de détails sur les liens entre les jeunes et ces adultes.

Par ailleurs, explique Évelyne Boudreau, il n'y aura pas d'accusations portées contre ces gens, puisqu'il n'y a aucun geste criminel commis dans cette histoire. «On ne peut pas les accuser, car les jeunes n'étaient pas en danger», poursuit la porte-parole qui précise aussi que les mères des deux jeunes sont soulagées aujourd'hui.